Catégorie : Finance Verte

COP 27 : Une avancée sur les pertes et dommages mais pas de percée sur la finance climat malgré une forte implication de l’Afrique de l’Ouest

La crainte de terminer la COP 27 sans aucune avancée significative planait sur Charm el-Cheikh durant les dernières heures de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques.

Mais après un ultime marathon de négociations entre les parties, un accord a finalement été trouvé.

L’accord qui a conclu deux semaines de discussions et de négociations dans la ville côtière égyptienne a permis de faire un grand pas en avant sur la question épineuse des pertes et dommages. Les parties se sont mis d’accord sur l’établissement d’un fonds pour les pertes et dommages qui aidera à soutenir les pays les plus touchés par le changement climatique. Le fonds devrait fournir une assistance financière afin de répondre aux effets catastrophiques de la crise climatique, tels que les sécheresses, les vagues de chaleur, les inondations ou les cyclones.

Les efforts demeurent insuffisants

Bien qu’encourageant comme signal de solidarité internationale en réponse aux catastrophes climatiques, l’accord final n’a pas répondu aux attentes et aux espoirs de nombreux participants à la COP 27. Dans une interview pour TV5 Monde, Hakima El Haite, board member de The Bridge Tank, a exprimé sa déception face au manque d’avancées lors de la COP 27 :

« C’est vrai qu’on a avancé d’un pas en se mettant d’accord sur la création d’un mécanisme qui va encore nécessiter du temps. Plus on atténue le CO2 et plus on diminue les concentrations en CO2, moins on aura besoin de nous adapter et moins on aura besoin d’argent pour réparer les dégâts des dommages et catastrophes naturelles. Il faut donc agir et ce n’est pas aux pays vulnérables d’agir, ce sont les pays émetteurs qui émettent 80% des émissions qui doivent apporter 80% de solutions dans leurs propres pays. »

Nombreux sont ceux qui partagent cet avis, en particulier dans le Sud et en Afrique de l’Ouest, une région confrontée aux effets les plus désastreux du changement climatique et qui s’est présentée à la COP 27, COP africaine, avec des attentes et demandes fortes.

Une présence ouest-africaine proactive à la COP 27

Les représentants des pays d’Afrique de l’Ouest étaient arrivés à la COP 27 avec l’espoir de voir des décisions fortes prises pour soulager le continent de la pression climatique qu’il subit. Avant le début de la COP 27, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avait exprimé certains des points qu’elle considérait comme cruciaux pour le succès des négociations sur le changement climatique :

  • Augmenter l’ambition de réduction des émissions de gaz à effet de serre, en particulier pour les plus gros émetteurs.
  • L’article 6 de l’Accord de Paris : la génération de nouvelles opportunités de financement dans la région et les nouveaux mécanismes de marchés carbone
  • Adaptation : passer de la planification à l’opérationnalisation
  • Pertes et dommages : apporter des réponses concrètes aux pertes et dommages existants en Afrique de l’Ouest.
  • Finance climat : atteindre l’objectif de 100 milliards de dollars du Fonds vert pour le climat et mettre en place une facilité financière spécifiquement dédiée aux pays africains pour se concentrer sur leurs besoins et priorités en termes d’adaptation.

Décidées à faire entendre la voix de la sous-région à la COP 27, les institutions d’Afrique de l’Ouest ont uni leurs forces à Sharm el-Sheikh au sein du Pavillon West Africa. Ce pavillon était copiloté par la CEDEAO et la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), en partenariat avec l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS).

Selon la CEDEAO, « ce pavillon conjoint témoigne de la volonté des institutions régionales de renforcer leur coopération autour du défi commun que constitue la question des changements climatiques pour une meilleure coordination et efficacité de la réponse collective à apporter au bénéfice des populations de la région. »

Pendant deux semaines, les quatre institutions ouest-africaines ont ainsi contribué à faire avancer le débat public sur l’action climatique et la finance climat.

Des voix importantes pour la gouvernance et la finance climat

La Commission de la CEDEAO a profité de sa présence au Pavillon West Africa pour organiser des side events présentant la Stratégie régionale sur le climat de l’union, notamment une session le 9 novembre sur les mécanismes de coordination pour une meilleure gouvernance climatique régionale. Deux jours plus tard, le 11 novembre, un autre side event aborda les opportunités sectorielles que la stratégie offre pour l’agriculture et l’énergie.

La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a également été très active sur le Pavillon. Le 9 novembre, Serge Ekué, président de la BOAD, a donné un point de presse sur le positionnement climatique de la BOAD. Ce fut l’occasion d’évoquer le Plan de Développement Stratégique Djoliba 2021-2025 de la BOAD, qui consacre 25% des engagements totaux de la banque à la finance climat afin d’accompagner les États membres dans le financement de leurs Contributions Déterminées au niveau National (CDN) et à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD). À travers son président, la BOAD a exprimé son souhait d’être un catalyseur de la résilience et de l’adaptation au changement climatique tout en jouant un rôle de facilitateur d’une croissance durable et stable.

Capitalisant sur l’importance de la finance climat lors de la COP 27, la BOAD a organisé plusieurs événements sur le sujet, dont un panel sur “Défis et opportunités de la finance climat en Afrique,” et deux sessions le 14 novembre, “Combler les lacunes des politiques d’adaptation au changement climatique pour faciliter l’accès des pays de l’UEMOA à la finance climat” et “La finance carbone comme levier de développement pour les pays de l’UEMOA,” avec la participation de l’Alliance Ouest-Africaine sur le Marché Carbone et la Finance Climat.

La BOAD a également pris part à des sides events organisés par d’autres institutions à Sharm el Sheikh, dont un par le Fonds vert pour le climat sur la Grande Muraille verte pour le Sahara et le Sahel.

L’importance de la finance climat dans l’agenda de cette année à la COP 27 a également mobilisé The Bridge Tank, qui a co-organisé un side event avec Liberal International sur la dynamique Nord-Sud de la finance climat. Le panel “Towards a balanced, empowered, North-South blended climate finance for mitigation and adaptation” a notamment inclus des acteurs politiques et institutionnels important d’Afrique de l’Ouest et a ajouté une pierre à l’édifice dans la poursuite d’une finance climat plus efficace et équilibrée.

Malgré les appels à prendre des mesures audacieuses, l’accord final de la COP 27 est une conclusion décevante aux deux semaines d’effort et d’investissement des institutions et pays d’Afrique de l’Ouest à Charm el-Cheikh. Le souhait de faire de cette COP 27, COP africaine, une étape importante dans la lutte contre le changement climatique et la mise en place de mécanismes de finance climat durables assurant la préservation du continent n’a pas été réalisé.

COP 27 : De la défiance à la confiance – pour une finance climat Nord-Sud mixte et équilibrée pour l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques

Alors que la COP 27 touche  à sa fin, The Bridge Tank poursuit ses efforts en faveur de la justice climatique à Sharm El Sheikh, en Égypte.

Le 17 novembre 2022, The Bridge Tank et l’Internationale libérale ont uni leurs forces et coorganisé un side event sur la finance climat – “Towards a balanced, empowered, North-South blended climate finance for mitigation and adaptation.” The Bridge Tank était représenté par Dr. Joël Ruet, président, et notre board member Dr Hakima El Haite, présidente de l’Internationale libérale.

The Bridge Tank a mis à profit sa longue expérience sur le thème de la finance climat, ayant contribué à la Task Force “Changement climatique et financement” du T20 au cours des six dernières années.

Parmi les participants au panel figuraient Mme Kadiatou N’Diaye, ancienne Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts de Guinée, des représentants de la Fondation Brazzaville, des directeurs de la Banque agricole du Niger et le président du parti conservateur égyptien.

Le débat a porté sur l’état actuel de la finance climat et du financement de l’adaptation aux changements climatiques. Alors qu’un doublement de l’effort pour ce dernier a été inclus dans le Pacte de Glasgow pour le climat, portant le financement de l’adaptation d’environ 20 milliards de dollars à 40 milliards de dollars, de nombreux défis subsistent. Certains pays développés ne tiennent notamment pas leurs engagements financiers.

La présidente du Fonds bleu pour le Bassin du Congo a ainsi quitté la COP 27 pour dénoncer ce soutien financier manquant. En 2021, le président américain Joe Biden avait promis 50 millions de dollars au Fonds d’adaptation mais cette contribution ne s’est jamais concrétisée. Cette année, Joe Biden a augmenté l’engagement des États-Unis, promettant cette fois-ci 100 millions de dollars. L’exemple du Bassin du Congo est toutefois emblématique de l’écart entre les promesses institutionnelles et la réalité du terrain.

Aujourd’hui, les 82 milliards de dollars de finance climat officiellement mobilisés pour le Sud sont constitués à 60% de prêts privés. Bien que confronté aux effets les plus graves de la crise climatique actuelle, le continent africain ne reçoit que 5% de ces fonds.

Il ne s’agit donc là “ni d’une forme d’obligation ni de solidarité” a déclaré Hakima el Haite puisque les transferts promis ne sont pas contraignants et que les prêts ont un prix. Le consensus politique dans les Etats du Sud est de déplorer les fonds manquant, ce qui est d’autant plus alarmant si l’on considère les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) selon lesquelles il ne resterait que 8 ans avant que la situation ne devienne critique.

Partant de ce constat, le panel a discuté des moyens concrets d’adapter les outils financiers afin de rendre la finance climat plus efficace et plus équilibrée. Les difficultés d’accréditation aux Fonds vert pour le climat (GCF) et Fonds d’adaptation (FA) ont notamment été évoquées, la mobilisation des fonds nécessaires ayant été comparée à un “parcours du combattant”.

Bien qu’elle soit faisable, la mobilisation de sommes dans les dizaines de millions de dollars est ralentie par de longues procédures administratives. Le défi est encore plus grand pour les projets de grande envergure dont les besoins financiers se chiffrent en centaines de millions USD.

Le panel s’est donc penché sur deux questions majeures : développer des sources de financement innovantes et des canaux de décaissement efficients.

La piste des partages des rentes a notamment été évoquée. Celle-ci nécessiterait un futur cadre de réglementation au niveau de l’État pour les contrats privés établissant des accords de partage des bénéfices permettant aux fonds privés et publics d’être versés dans un fonds public commun dédié à des projets concrets. Cette procédure est par exemple déjà utilisée par les sociétés pétrolières. Bien qu’agissant uniquement comme mécanisme parallèle, les crédits carbone pourraient également inclure un reversement direct aux bénéficiaires sociaux.

Les discussions sur les financements alternatifs semblent avoir abandonné l’idée d’une taxation du Nord depuis la COP21 et la COP 22. La solidarité n’est donc pas un terme approprié pour décrire les processus financiers actuels. Avec 80% de la production pétrolière africaine exploitée par des sociétés étrangères, la promesse de financement climatique de 100 milliards de dollars devrait être définie comme une dette du Nord envers le Sud. Mais la finance climat actuelle à base de prêts a un effet inverse, créant une dette supplémentaire du Sud envers le Nord.

D’autres idées proposées se construisent autour d’un système de gouvernance renouvelé. Les problèmes de bancabilité, de transparence, et de compétence associés aux pays du Sud reflète le manque de confiance du Nord envers le Sud. Alors que les défis à la cogestion et au cofinancement se trouvent aussi en partie dans une mauvaise gestion des ressources et des richesses africaines, entravant ainsi la capacité du continent à s’auto-financer pour l’adaptation et l’atténuation, de nouveaux mécanismes doivent être développés pour transformer cette défiance Nord-Sud en confiance mutuelle.

La mise en place d’incubateurs développant des projets structurants à grande échelle pourrait être un moyen d’y parvenir. Travailler sur la cogestion et la co-gouvernance est donc une perspective encourageante, car celle-ci est déjà bien établie dans d’autres cadres, par exemple les business angels ou les fonds d’investissement.

Un autre point clé abordé lors de ce panel implique l’idée d’inverser les conditionnalités afin que l’Afrique puisse elle-même imposer des conditionnalités. Celles-ci pourraient par exemple inclure l’obligation pour les bailleurs d’être présents sur le terrain et ainsi favoriser l’émergence de bureaux d’études locaux et de sociétés de développement locales. L’un des enjeux principaux est donc que les Etats et les bailleurs internationaux soutiennent l’émergence de sociétés multinationales africaines et sous-régionales.

Les problèmes de ressources humaines et de capacités administratives dans le Sud doivent également être reliés à la complexité des procédures internationales. Des signes encourageants existent néanmoins, comme par exemples le programme de micro financements du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et ses procédures administratives assouplies.

Enfin, les questions de financement innovant « bottom-up » ont constitué un autre point de discussion du panel. Pour s’assurer que les actifs complexes soient garantis par des actifs plus simples, un fonds panafricain de sécurité et dérisquage serait nécessaire.

La question des garanties foncières doit également être étudiée, afin de développer un système qui viserait, par exemple, à ce que les projets soient financés à 95% par des subventions et à 5% d’apports locaux ou garantis par des banques privées. Il reste toutefois à savoir si ces dernières seraient acceptées par les agences bilatérales.

Néanmoins, les banques commerciales sont prêtes à aller de l’avant sur de tels projets au vu de l’urgence à agir, comme le montre l’exemple du Niger. Chaque année, le Niger perd 100 000 ha à cause de la désertification, rendant le besoin de financement d’autant plus pressant.

The Bridge Tank poursuit son engagement sur l’hydrogène lors de la COP 27 à travers un panel de haut niveau sur les Hubs d’Hydrogène Vert en Afrique

L’engagement continu de The Bridge Tank sur les questions d’hydrogène l’a placé à l’avant-garde du débat public sur le sujet. Au fil des ans, ce savoir accumulé a mené à un certain nombre de publications sur l’hydrogène (notre rapport et notre policy brief), et a permis à The Bridge Tank d’être le seul think tank invité au lancement du Conseil de l’Hydrogène à Davos, en 2017.

Cette activité et expertise sur l’hydrogène ont une nouvelle fois été mises à profit lors de cette deuxième semaine de la COP 27 en Égypte.

The Bridge Tank, représenté par Dr. Joel Ruet, président, et Dr. Hakima el Haite, board member, a participé à un panel de haut niveau coorganisé par l’Alliance Solaire Internationale (ASI) et l’Internationale libérale sur le thème “Énergie, Hydrogène Vert en Afrique; Perspectives de Solutions” à Sharm el Sheikh, le 15 novembre 2022.

Cette réunion a rassemblé d’éminents dirigeants du monde politique afin d’établir des stratégies permettant au continent africain d’exploiter durablement ses ressources existantes et de répondre à sa demande énergétique croissante, tout en suivant une voie durable vers un avenir net zéro et en réalisant les Objectifs de Développement Durable. Cette demande énergétique est une composante importante du développement économique du continent et offre un moyen de sortir un grand nombre de ses citoyens de la pauvreté.

Les participants à ce panel de haut niveau comprenaient des représentants de diverses organisations gouvernementales, des acteurs du secteur privé, des personnalités politiques et des membres de la presse française et américaine. Parmi ceux-ci figuraient le PDG du Namibia Investment Promotion and Development Board, conseiller du Président de la Namibie, un représentant du Ministre de l’Énergie de la Mauritanie, un représentant de l’Agence Nationale pour les Énergies Renouvelables du Sénégal, et le Vice-Président de la Commission Énergie du Parlement du Portugal.

Parmi les autres participants figuraient le secrétaire général du Congrès International des Jeunes du Nucléaire (IYNC), le Directeur Général d’Energies 2050, ainsi que plusieurs membres de l’Internationale libérale et des représentants d’investisseurs.

Les discussions se sont appuyées sur une présentation de l’Alliance Solaire internationale, portant sur une étude sur le développement possible de hubs d’hydrogène vert en Afrique d’ici 2030-2035. Financée par la Banque Européenne d’Investissement et soutenue par l’Internationale Libérale, cette étude fut menée par l’ISA, une organisation d’environ 120 nations lancée en 2015 par Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde, et François Hollande, Ancien Président de la France.

L’étude propose une approche innovante à la production d’hydrogène vert et aux perspectives d’exportation d’hydrogène pour les pays africains, en définissant la création d’un marché local comme une condition préalable nécessaire à une stratégie d’exportation stable à long terme. Ce marché local de l’hydrogène s’appuierait sur une demande industrielle locale émanant de secteurs “hard to abate” (l’industrie sidérurgique, la production d’ammoniac, l’énergie, ou l’exploitation minière), pour lesquels la décarbonisation a une valeur intrinsèque.

L’hydrogène vert serait produit par électrolyse de l’eau en utilisant l’énergie solaire. L’eau étant une denrée rare dans la région, la stratégie prévoit d’utiliser de l’eau de mer désalinisée. Les sites de production seraient donc situés près de la mer et créeraient des écosystèmes d’hydrogène avec des sites industriels locaux.

L’énergie nécessaire à la désalinisation serait couverte par l’hydrogène vert produit, constituant ainsi une méthode de production efficace en termes de coûts et d’énergie. Il serait également possible de désaliniser des quantités d’eau supérieures à celles nécessaires pour la production d’hydrogène. Cette eau pourrait alors être utilisée pour l’irrigation ou être directement incorporée dans les systèmes d’approvisionnement d’eau potable, ce qui atténuerait le stress hydrique sur le continent africain.

Ce plan n’est pas une simple abstraction mais présente des opportunités concrètes et éprouvées, puisque 14 usines de ce type sont actuellement déjà développées par HyDeal en Espagne et au Portugal.

L’exportation d’hydrogène vers l’Europe ne serait donc un facteur d’intérêt qu’à un stade ultérieur, après la mise en place d’un écosystème de l’hydrogène résilient et efficace au niveau local.

Alors que de nombreuses stratégies et études nationales se concentrent sur le potentiel de l’Afrique en tant que producteur et exportateur d’hydrogène vert vers l’Europe, cette étude fournit le chaînon manquant à la mise en place d’une telle production. Elle propose un moyen de sécuriser et de stabiliser une production locale par la création d’un marché local. Le potentiel de l’hydrogène serait donc d’abord exploité pour la consommation domestique et l’utilisation industrielle dans les pays africains avant d’être utilisé pour les exportations dans un second temps.

En outre, cette approche permettrait de créer des écosystèmes d’hydrogène efficaces et stables, reposant sur une meilleure acceptation par la population locale et les acteurs industriels. Les programmes nationaux d’exportation d’hydrogène vert bénéficieraient ainsi d’une stabilité accrue et d’une autonomie stratégique qui les libérerait de la dépendance au marché international, aux variations de prix ou aux incertitudes liées aux technologies d’électrolyseurs.

Pour les importateurs européens, cette stratégie assurerait également une couverture économique et une plus grande efficacité dans la mise à l’échelle de la production d’hydrogène.

L’étude offre une évaluation détaillée et méthodologiquement comparable de ces hubs d’hydrogène vert en Afrique. Bien que l’étude ait été menée principalement en Égypte, en Namibie et en Mauritanie, les conclusions de l’étude peuvent être reproduites et étendues à d’autres pays du continent.

 

Une première semaine riche en évènements pour notre board member Hakima El Haite à la COP 27 de Charm el Cheikh

La première semaine de la COP 27 à Charm el Cheikh a rassemblé des acteurs du monde entier dans la ville côtière égyptienne pour échanger sur les urgences liées à la crise climatique. L’une de ces expertes participant aux discussions et à la recherche de solutions concrètes pour lutter contre le changement climatique à Charm el Cheikh est Hakima El Haite, présidente de l’Internationale libérale et board member de The Bridge Tank.

Par sa présence en première ligne à la COP 27, Hakima El Haite a non seulement souligné le danger de mettre l’action climatique au second plan en cette période d’incertitude géopolitique et économique, mais également a pris une position ferme en faveur de la justice climatique.

Lors d’un événement organisé par le New York Times “On the Verge of Progress: Where Will COP 27 Take Us?” avec Nicola Sturgeon, Première ministre d’Écosse, et Laurence Tubiana, ambassadrice française chargée des négociations sur le changement climatique pour la COP 21 et fondatrice de l’IDDRI, Hakima El Haite a souligné l’urgence d’agir pour le climat et d’atteindre l’objectif zéro émission nette. Elle s’est notamment exprimée sur l’augmentation des subventions mondiales pour les combustibles fossiles et le rebond des émissions de CO2 dans le monde. La nécessité d’un financement accru pour atteindre l’engagement de 100 milliards de dollars des nations les plus riches, l’objectif de 40 milliards de dollars consacrés au financement de l’adaptation, et l’importance de verdir le secteur financier ont également été abordés lors de cet événement.

La transition vers des sources d’énergie plus propres et le potentiel offert par l’hydrogène vert étaient également à l’ordre du jour de cette première semaine de la COP 27. Hakima El Haite a ainsi participé à l’événement de lancement de l’étude “Africa Extraordinary Green Hydrogen Potential” avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI), l’International Solar Alliance, Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique et le Gouvernement de la République de Mauritanie. Le rapport « combine une analyse des opportunités d’investissement avec une feuille de route de solutions techniques, économiques, environnementales et financières pour débloquer le développement commercial » de l’hydrogène vert en Afrique, selon le vice-président de la BEI, Ambroise Fayolle.

L’engagement de notre board member en faveur de la justice climatique s’est une fois encore manifesté, mettant l’accent sur la nécessité de s’attaquer à la crise environnementale dans les pays et les régions qui ont été touchés de manière disproportionnée par le changement climatique ou qui sont le moins préparer à affronter ses effets.

Les efforts continus de Dr. El Haite en soutien au continent africain ont également été au cœur de ses interventions. Le continent, qui abrite 17 % de la population mondiale et qui est responsable de moins de 4 % des émissions mondiales de CO2, est confronté aux effets les plus sévères de la crise climatique.

À travers sa participation à la publication du «Rapport sur les menaces écologiques 2022» de l’Institut pour l’économie et la paix, Hakima El Haite a appelé la communauté internationale à fournir des efforts concertés pour faire face efficacement à la crise climatique, à une plus grande solidarité et à des actions concrètes de la part des pays développés pour soutenir les pays en voie de développement. Elle a notamment insisté sur l’urgence d’investir massivement dans l’adaptation et l’atténuation en Afrique. Selon le «Rapport sur les menaces écologiques 2022», les deux tiers des pays définis comme des « hotspots » confrontés à une menace écologique catastrophique et à l’insécurité alimentaire se trouvent en Afrique subsaharienne.

Enfin, Hakima El Haite a profité de sa présence à la COP 27 pour défendre un autre aspect clé de la justice climatique, à savoir le rôle et la voix des femmes dans la lutte contre le changement climatique. La crise climatique affectant davantage les femmes que les hommes, travailler pour inclure et promouvoir la place des femmes a été une cause importante des efforts d’Hakima El Haite à Charm el Cheikh.

“From COP 26 Glasgow Commitments to COP 27 Egypt Opportunities: The MENA perspective Confirmation”: avec nos Board Members Hakima el Haite et Stephane Gompertz

A l’occasion de la première édition de la Semaine du Climat de la région MENA de la CCNUCC, du 28 au 31 mars, organisée par le gouvernement des Emirats Arabes Unis, Liberal International, dont The Bridge Tank est membre, a organisé le 29 mars un side event virtuel nommé : “From COP 26 Glasgow Commitments to COP 27 Egypt Opportunities: The MENA perspective Confirmation”.

L’objectif de cet événement est d’aborder les défis et les opportunités découlant de l’engagement partagé qui a été convenu lors de la COP 26 à Glasgow, tout en envisageant la COP 27 en Egypte comme une opportunité d’accroître les ambitions. Modérée par la Présidente de l’Internationale Libérale, la championne des Nations Unies pour le climat et membre de notre Board, Hakima El Haite a posé une série de questions à chacun des intervenants.

Parmi eux, notre Board Member, Stéphane Gompertz, était présent en sa qualité d’ancien ambassadeur de France dans les pays africains et d’envoyé spécial pour la COP 21. Il a d’abord été invité à donner son point de vue sur les perspectives de la COP 27.

Sa vision de la prochaine Conférence des Parties reflète les difficultés à augmenter l’ambition climatique et à maintenir les efforts dans un contexte de tensions (COVID-19, guerre entre l’Ukraine et la Russie et guerre au Yémen). Les différentes crises et les guerres actuelles changent les agendas des États et les dépenses publiques. L’argent est davantage dépensé dans les guerres que pour l’action climatique. Les ambitions politiques ne sont pas et ne seront pas aussi élevées que lors des COP 21 et 22. La COP 27, qui aura lieu à Sharm El-Sheikh en Égypte, aura la difficile mission de pousser les efforts des Parties à :

  • Aider à poursuivre les gouvernements et l’opinion publique à se tourner vers l’avenir.
  • Pousser à la recherche de solutions.
  • Continuer à promouvoir les bonnes pratiques dans le domaine de l’adaptation.

Stéphane Gompertz a ensuite expliqué ce qu’il fallait faire pour maintenir les 1,5°C. Il a déclaré qu’il fallait regarder vers l’avenir. Les Etats agissent à court et à long terme. L’énergie est un bon exemple. À court terme, les pays utiliseront davantage de combustibles fossiles. A long terme, nous verrons les effets positifs des politiques énergétiques. Par exemple, la France s’engage dans le nucléaire, sans quoi elle ne pourrait atteindre ses objectifs climatiques. Cependant, la question du nucléaire est à nouveau débattue en France dans ce contexte électoral et de guerre entre l’Ukraine et la Russie. Mais il est important de mesurer les risques dans le temps : vivre avec des températures supérieures à 2-3°C ou vivre avec un mode énergétique faible émetteur en CO2.

Mme Susana Rivero Baughman, Conseillère aux affaires étrangères et à la coopération auprès du Secrétaire de l’Action pour le Climat du Gouvernement de Catalogne, a présenté les actions de l’Internationale Libérale au Comité pour la Justice Climatique, qui a récemment adopté un document d’orientation intitulé “Perspectives libérales sur la justice climatique”. Mme Baughman a souligné le manque d’actions entre le changement climatique et les droits de l’homme et c’est ce que l’International Libérale souhaite faire en ayant notamment développé un laboratoire politique et en renforçant sa présence dans les COP et les forums internationaux. Elle a enfin souligné que la COP 27 offrira de nombreuses opportunités pour l’Afrique.

M. Sveinung Rotevatn, ancien ministre du climat et de l’environnement en Norvège, a développé une évaluation des réalisations de la COP 26. Pour M. Rotevatn, la COP 26 a été un succès pour 3 raisons :

  • Le Rule Book de l’Accord de Paris a été terminé. Il constitue un cadre commun entre les Parties.
  • Augmenter l’ambition. Les grands pays émetteurs augmentent leurs ambitions, la plupart des pays augmentent leurs ambitions en matière de CDNs, les Etats-Unis sont de retour dans l’Accord de Paris et nous maintenons l’objectif des 1,5°C.
  • Un engagement suffisant pour augmenter le financement : le monde en développement peut avoir confiance dans les mécanismes de financement. Les pays industriels promettent de doubler leur financement pour le climat. Des engagements ont été pris et ont été bien accueillis par la plupart des pays en développement.

Il a ensuite expliqué qu’après deux années de pandémie mondiale, nous n’avons pas perdu de vue l’aspect à long terme des crises climatiques. Il a ensuite souligné que la Norvège est l’un des principaux financeurs et que le pays va doubler ses efforts en matière de finance climat, notamment pour la préservation de la forêt tropicale et l’atténuation et l’adaptation. Il a enfin déclaré que la taxe sur la pollution est un outil nécessaire pour une transition équitable et soutenir la transition climatique au niveau national. Au niveau mondial, la finance climatique est un outil nécessaire.

Mme Rania Al-Mashat, ministre égyptienne de la coopération internationale, a expliqué en trois messages quels seront les objectifs et les opportunités de la COP 27 :

  • La COP 27 sera impartiale, même si cette COP est organisée en Afrique.
  • L’adaptation et la résilience seront au centre des débats et constituent l’un des principaux résultats de la COP 26.
  • Accroitre l’engagement à l’action.

Mme Al-Mashat a mis l’accent sur les résultats de Glasgow, en posant des questions ouvertes auxquelles il faudra répondre lors de la COP 27 : le rôle du secteur privé doit accroitre “Nous passons de milliards à trillions”. Il est également important de réfléchir à la façon dont nous pouvons rendre opérationnel ce qui a été promis. Comment dérisquer les investissements verts ? Comment pouvons-nous créer des opportunités pour la blended finance? Les projets financés ne sont pas assez opérationnels. Comment pouvons-nous tirer parti des pays qui ont réussi et les reproduire ?

Rapport spécial – au-delà de la COP26 & la COP15: finance, coalitions, hydrogène et économie bleue

Dans le cadre des négociations internationales sur le climat et la biodiversité (COP26 et COP15), The Bridge Tank a développé des analyses sur les sujets prioritaires mondiaux, dont ces conférences internationales sont considérées comme étant parmi les plus urgentes.

Ce rapport vise à contribuer à la discussion mondiale et diplomatique sur les défis des dérèglements climatiques et de la biodiversité. Grâce à une revue de littérature académique et scientifique approfondie, nous avons développé ce rapport de manière méthodique, prospectiviste, tout en mettant en avant des solutions autour du 4 chapitres :
Les deux premiers chapitres dégagent des positions et des éléments structurants et globaux aux questions liées à l’adaptation, la finance et la gouvernance tout en forçant l’action à différentes échelles. Les deux seconds chapitres développent des théories scientifiques, industrielles et techniques sur des sujets opérationnels.

Le premier chapitre aborde les mécanismes de la FINANCE D’ADAPTATION avec un focus spécifique sur la blended finance comme outil efficace pour financer les économies émergentes. Nos analyses nous permettent d’identifier différents outils pour le passage à l’échelle de l’action climatique.

Le deuxième chapitre traite de l’approche innovante des COALITIONS dans les négociations sur le changement climatique vers des coalitions ascendantes et régionales, en impliquant davantage des acteurs non Etatiques.

Le troisième chapitre se concentre sur la place que peut prendre l’HYDROGÈNE dans la transition énergétique en tant que vecteur énergétique à venir. Il souligne les dynamiques économiques et politiques spécifiques qui caractérisent les écosystèmes de l’hydrogène et met en avant les éventuels goulets d’étranglement qui pourraient entraver son expansion effective, notamment pour les industries dans les années à venir.

Le dernier chapitre porte sur la nécessité de travailler à la transition vers une ECONOMIE BLEUE dans les territoires côtiers du monde, avec un focus particulier sur l’Indo-Pacifique et le Golfe du Bengale. Ce chapitre souligne le fait que l’industrialisation des océans doit être limitée et que l’écosystème côtier et les chaînes de valeur de l’économie bleue doivent être mieux intégrées.

Coordination: Malaurie Le Bail et Joël Ruet

Rédaction: Baudouin Becker, Clarisse Comte, Florian Dommergues et Malaurie Le Bail

Relecture et graphisme: Jacqueline Duan

Lire notre rapport (version anglaise): Final report_climate change and biodiversity_TBT_Nov21

The Bridge Tank participe à l’édition 2021 du Summit of Minds

L’édition 2021 du forum Summit of Minds s’est tenue à Chamonix, du 17 au 19 septembre. Ce sommet a pour objectif de discuter des questions macroéconomiques et de réfléchir à un monde où le bien-être du capital naturel est essentiel (la nature en tant qu’actif productif). Dans un contexte où la crise climatique devient une préoccupation de plus en plus centrale, initiant de nombreuses discussions de haut niveau, le Summit of Minds a réuni des personnalités politiques, économiques, scientifiques, culturelles et du monde des affaires du monde entier, dont le président arménien Armen Sarkissian, pour débattre de ces sujets clés.

Joël Ruet, Président de The Bridge Tank, est intervenu sur le panel : Transition énergétique (2) – Comment investir ? consacré à aux tendances actuelles de la transition vers des émissions nettes de carbone zéro, ses opportunités et ses risques pour les entreprises. Animé par Nik Gowing, directeur associé de Thinking the Unthinkable, Royaume-Uni, le débat s’est articulé autour de trois questions essentielles : 

  1. Où va la « Smart Money »?
  2. L’engouement actuel pour l’ESG est-il durable ?
  3. Quels sont les actifs qui courent le risque de s’échouer ?

Au cours de son intervention, Joël Ruet a développé l’idée d’une absence de classes d’actifs clairs pour le financement de la transition énergétique, en soulignant les divers facteurs de risques impliqués par les incertitues inhérents à celle-ci, de la variance de rentabilité au manque de cohésion de certaines transitions nationales, en passant par la non-stabilisation des écosystèmes de l’hydrogène dans le monde. Joël Ruet a également souligné l’importance de différencier les mégatendances des méga-ambitions, affirmant qu’il n’existe pas d’énergie unique qui pourrait à elle seule résoudre les problèmes climatiques actuels.

Parmi les autres panélistes figuraient Martin Fraenkel, vice-président de S&P Global (Royaume-Uni), Eoin Murray, responsable des investissements de Federated Hermes International (Royaume-Uni), Franklin Servan-Shreiber, cofondateur et président de Transmutex (Suisse), ainsi que Mafalda Duarte, PDG de Climate Investment Funds (États-Unis). 

Notre board member, Pranjal Sharma, a également participé à cet évènement, en intervenant lors des panels: ‘AI & Democracy – Do We Have Anything to Fear?’ et ‘Tech – How Far will Innovation Go?’

Au cours du forum, Joël Ruet a également échangé avec Lord Adair Turner, président de l’Energy Transitions Commission, Royaume-Uni, sur la façon dont la COP26 pourrait transformer les systèmes de négociation pour les futures COP, en incitant les secteurs financiers publics à agir contre le changement climatique aux niveaux régional, national et international.

Regarder les interventions sur notre chaine de YouTube : 

Trajectoires de transitions énergétiques durables dans les grandes économies

Par Baudouin Becker, Antoine Goutaland, Xieshu Wang,  Joël Ruet, Laure Elise Wargnier and Malaurie Le Bail.

L’urgence écologique se traduit dorénavant par une forte pression sur les décideurs politiques pour qu’ils élaborent des politiques publiques organisant le passage du système présent basé sur les combustibles fossiles, qui n’est pas durable, à un nouveau système, dont les contours ne sont pas encore précisément connus pour le moment, mais dont l’ambition est de parvenir à atteindre la durabilité. Contrairement aux transitions énergétiques précédentes qui étaient réalisées par le bais d’investissements industriels, la décarbonation des économies nationales est cette fois directement conduite et orchestrée par les pouvoirs publics au travers d’incitations économiques, de restrictions et de lois. Les documents présentés ici sont l’application d’une méthodologies qui vise à évaluer la capacité des gouvernements à coordonner les acteurs et les systèmes clés afin d’atteindre leurs objectifs climatiques.

Ces études identifient des trajectoires, que nous comprenons comme une coordination de variables qui permettant à un système de rester équilibré tout en étant en mouvement. Une compréhension systémique de ces trajectoires est proposée, incluant à la fois les réponses majeures des politiques publiques aux enjeux climatiques et l’intégration possible des nouvelles technologies au sein du système existant, y compris une analyse des systèmes industriels et de leur capacité (ou incapacité) à relever ces défis.

Afin de comprendre les transitions énergétiques pour l’ensemble des  secteurs, nous avons développé une méthodologie détaillée et reproductible qui intègre pleinement le rôle et l’impact potentiel des acteurs (politiques et industriels). Cela nous a permis de comprendre les transitions énergétiques d’une manière originale, en nous affranchissant des écueils qui consistent à mener des études macroéconomiques cloisonnées ou des études énergétiques trop spécifiques, qui ne permettent dans aucun des cas de comprendre les enjeux énergétiques dans leur ensemble.

Dans les documents suivants, vous trouverez cette méthodologie appliquée et reproduite à plus de 20 économies à travers le monde.

Le rapport complet (en anglais) : Final Report – Energy trajectories in main markets

Focus spécifique (en anglais) : Specific focus – Energy trajectories in main markets

UE-Chine : Pour un rapport de force constructif – quels enjeux autour du pré-accord de principe sur l’Investissement?

Par Philippe Coste, Pierre-Noël Giraud, Stéphane Gompertz, Henri de Grossouvre, Fatima Hadj, Brice Lalonde, François Loos, François Quentin, Joël Ruet, Raphaël Schoentgen, Alex Wang, avec Clarisse Comte et Claire Thomas.

Au terme de sept années de négociations, l’Union Européenne et la Chine sont parvenues à un accord d’investissement le 30 décembre 2020. Alors que Pékin souhaite y voir la promotion d’un « haut degré d’ouverture », l’UE aspire à travers ce traité à établir une « égalité des conditions de marché ».

Pour mener à bien ce projet, il reste à trouver un équilibre entre les intérêts stratégiques propres à chacun et les objectifs communs sur lesquels s’entendre… et à trouver des pistes pour agir concrètement.

Retrouvez la note d’analyse :

  • Ce traité prévoit l’intensification des relations économiques et commerciales entre l’UE et la Chine. Il garantit aux investisseurs de l’UE un plus large accès à la Chine et contribue aussi à la mise en place de conditions de concurrence plus équilibrées.
  • Des pistes de collaborations sont ici proposées, dans le domaine politique (place de la Chine dans les organisations internationales, polygouvernance), juridique (normes internationales, ESG), industriel (mobilité, décarbonation, rôle des PMEs), économique, environnemental, scientifique, technologique (transition énergétique, capture du carbone, hydrogène, nucléaire, nouvelles énergies), financier (introduction coordonnée de prix du carbone) et culturel.
  • Il s’agit pour l’UE de faire valoir avant tout et de manière coordonnée avec les pays membres ses intérêts stratégiques lors du processus de ratification.

Il faut traiter sérieusement les enjeux de long terme de la souveraineté technologique, de la compétition entre blocs, toutes causes possibles de « stop and go » dans les relations bilatérales.

Malgré les freins identifiés, le maintien d’un dialogue ouvert mais précis entre l’UE et la Chine est essentiel. L’Union Européenne doit continuer sa mue et faire respecter sa montée en puissance diplomatique tant en interne de l’UE que dans sa relation à la Chine : au-delà des relations d’État à État, c’est à l’UE en tant que communauté de négocier les termes d’une nouvelle relation bilatérale avec la Chine. C’est par cette voie qu’elle confirmera son statut de « puissance d’équilibre ».

“Double Assemblée” de Chine : le Bridge Tank co-organise le Forum des Think Tanks et des Médias sur le Développement économique mondial

Un Forum sur le Développement économique mondial à l’occasion de la Double Assemblée à Pékin 

De concert avec ses partenaires chinois, le China International Publishing Group et le China Institute for Innovation & Development Strategy, ainsi que la Fondation Prospective & Innovation, le Bridge Tank a co-organisé le 8 mars 2021 un Forum hybride en marge de la Double Assemblée. 

À cette occasion, Joël Ruet est intervenu aux côtés de Wei Jianguo, ancien vice-ministre du Commerce en Chine et vice-président du Centre chinois pour les échanges économiques internationaux, de Cai Jiming, député à l’Assemblée Populaire Nationale et directeur du Comité Central de l’Association chinoise pour la promotion de la Démocratie, et de Zhang Yuyan, membre du 13ème Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois et directeur de l’Institut des Économies et Politiques mondiales.

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre en France, a ouvert ce webinar aux côtés de quatre vice-ministres chinois et du vice-président du parlement d’Argentine. Pendant presque trois heures, les représentants de plus de dix pays, allant de la Russie à l’Inde, du Brésil à l’Afrique du Sud, ont approfondi de nouvelles pistes de réflexion notamment en faveur d’une coopération multilatérale, d’une reprise économique globale soutenue par l’innovation et d’une réforme de la gouvernance économique mondiale. Le rôle des think tanks internationaux dans la construction de plates-formes de dialogue a été souligné, et présenté comme un outil essentiel dans la fondation d’une communauté à l’échelle de l’humanité.

Les articles des médias chinois China Today, China.org, China Institute for Innovation and Development Strategy ont notamment couvert cet évènement. 

L’ouverture du Forum par Jean-Pierre Raffarin : contre la tentation de l’isolationnisme, une coopération internationale fondée sur l’innovation 

Dans son allocution, l’ancien Premier ministre a déclaré que le partage d’expérience et la compréhension mutuelle étaient essentiels pour accomplir un développement pacifique, objectif commun à tous les pays. À l’heure où une crise globale exacerbe la nécessité de formuler une réponse coordonnée face aux défis mondiaux, il a insisté sur les dangers d’une tentation à l’unilatéralisme et au protectionnisme. En soulignant le rôle de l’innovation, il a défendu que chaque pays devait mener activement une coopération internationale tout en sauvegardant sa propre souveraineté. Il a notamment mentionné la lutte contre le changement climatique, en évoquant les efforts conjoints de la France et de la Chine, un signal fort en faveur d’un consensus mondial pour le développement vert.

Passer de la crise à l’opportunité d’un renouveau, selon les intervenants chinois Wei Jianguo, Zhang Yuyan et Cai Jiming

L’ancien vice-ministre du Commerce Wei Jianguo a affirmé que la « double circulation » chinoise, pilier du 14ème Plan quinquennal lancé au même moment, allait faire émerger de nouvelles opportunités pour le développement économique mondial. Selon lui, au-delà de la crise qu’il traverse, le monde entre dans une nouvelle ère de la mondialisation, où la Chine doit mener un rôle essentiel. 

Mais les experts lui ont opposé un scénario moins optimiste, en alertant sur des risques systémiques actuels qui menacent l’économie mondiale, comme l’inflation, dont des symptômes — la forte hausse des prix des produits de base — sont déjà visibles. L’inflation et le changement climatique sont donc ressortis comme deux défis d’intérêt commun à relever conjointement.  

Zhang Yuyan appelle à une coopération internationale renouvelée, qui implique de travailler ensemble sur la question de la gouvernance mondiale. En effet, des discussions restent à mener, et cette responsabilité revient aux grandes puissances mondiales, qui doivent trouver le juste équilibre entre autonomie stratégique et intérêts communs. 

Cai Jiming a insisté sur l’importance de bâtir un système commercial mondial équitable et durable, fondé sur la notion d’intérêt comparatif dans la division international du travail, en s’opposant fermement aux tendances isolationnistes qui menacent l’équilibre des échanges mondiaux. 

Positionnement de la Chine en matière de sécurité mondiale et coopération sino-européenne tournée vers l’avenir : l’intervention de Joël Ruet 

Joël Ruet, président du Bridge Tank, a affirmé que la Chine devait clarifier sa position sur la question de la sécurité mondiale et contribuer à créer un environnement extérieur stable, selon une démarche plus multilatérale. Les intervenants se sont d’ailleurs accordés sur l’idée que la Chine devait jouer un rôle à la hauteur de son poids économique dans la gouvernance mondiale. 

Joël Ruet a évoqué le pré-Accord d’investissement conclu entre la Chine et l’UE, symbole des opportunités qui peuvent émerger d’une crise, tout en alertant sur deux priorités à ne pas négliger. En effet, il cible deux domaines où une coopération sino-européenne est fondamentale : l’environnement, où les paroles ambitieuses des chefs d’Etats doivent être mises en application par des actes concrets dans la perpective de la COP26, et la coopération industrielle, que le potentiel européen et chinois rend très prometteuse.

« Double circulation », développement de haute qualité, objectifs environnementaux décevants… : retour sur la Double Assemblée

La Double assemblée désigne les deux réunions plénières annuelles de l’Assemblée populaire nationale et du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois. Après une année de pandémie qui avait repoussé cette rencontre en mai 2020, les dirigeants chinois ont tenu cette année à la lancer dès le 5 mars, comme pour incarner la résilience exemplaire du pays et la normalité retrouvée des institutions du régime. D’autant plus qu’elle est marquée par le lancement du 14è Plan quinquennal 2021-2025 et les 100 ans du Parti Communiste Chinois. 

Parmi les temps forts de cet évènement, le Premier ministre Li Keqiang a fixé pour 2021 un objectif de croissance à 6%. Ce chiffre modéré témoigne que la priorité sera moins centrée sur un PIB attrayant — le FMI mise sur une reprise à 8% — que sur une croissance stable dans un contexte d’incertitude, et sur trois piliers : la « réforme, l’innovation, et un développement de haute qualité ». Aussi, le budget alloué à la recherche-développement augmentera de plus de 7% par an ces cinq prochaines années, pour réaliser des percées dans les technologies d’avenir et permettre à la Chine de gagner en autonomie stratégique. Une autre priorité du régime est la mise à niveau de la chaîne d’approvisionnement et la promotion de la consommation intérieure, notamment dans le secteur automobile et de l’électroménager. 

En fait, la Double assemblée comme le 14ème Plan quinquennal ont pour fil conducteur le paradigme de développement de la « double circulation ». Cette notion désigne une stratégie de développement à deux volets qui implique un soutien à la fois du marché intérieur et extérieur pour stimuler des modes de consommation à long terme. Le cycle domestique est particulièrement mis en avant tandis qu’il est complété par un cycle international, avec le commerce extérieur et les investissements à l’étranger. Cet objectif de miser sur l’immense marché intérieur chinois s’ancre dans une volonté de se couvrir des chocs extérieurs, dans contexte de montée des tensions diplomatiques et d’instabilité de l’économie mondiale.

Li Keqiang s’est également arrêté sur la question environnementale : il appelle à la promotion du verdissement des modes de vie et de production. Par exemple, un des objectifs pour 2021 est d’atteindre un taux de 70% pour l’utilisation des énergies propres pour le chauffage. Le 14ème Plan prévoit que la Chine réduise sa consommation d’énergie par unité de PIB de 13,5% et les émissions en CO2 de 18%. Du reste, les experts affirment que les objectifs mentionnés ne représentent pas une réelle accélération pour atteindre la neutralité carbone attendue en 2060, faute de moyens concrets. Par exemple, la Double assemblée ainsi que le 14ème Plan quinquennal ont introduit l’idée d’un « plafonnement des émissions de CO2 », sans en fixer concrètement un. S’il est encourageant qu’un volet portant sur le changement climatique soit pour la première fois adopté dans un plan d’échelle nationale, ces premières indications en matière d’environnement sont donc souvent perçues comme ambiguës, voire décevantes. 

Thème : Overlay par Kaira.
Copyright 2020 - The Bridge Tank