Catégorie : Gouvernance Mondiale

Risky Business : Les États-Unis devraient repenser leurs relations commerciales avec le Kazakhstan

Un article écrit par notre président, Joël Ruet, sur le défi actuel et croissant que représente pour le Kazakhstan la lutte contre la corruption qui mine les investissements étrangers et le développement socio-économique du pays, a été publié dans le média Entrepreneur.com. Il alerte que “malgré la campagne publique du gouvernement kazakh pour attirer les investisseurs étrangers […], il devra mettre en œuvre des changements fondamentaux, et cela commence par prendre au sérieux la lutte contre la corruption et honorer les accords avec les investisseurs étrangers. D’ici là, les investisseurs américains devraient reconsidérer le risque de faire des affaires au Kazakhstan.”

The Bridge Tank participe au Forum de BOAO 2022 : Promouvoir l’intégration énergétique et construire un monde vert

Le Forum de BOAO 2022 s’est tenu du 20 au 22 avril en mode hybride, ayant pour objectif de conduire un dialogue ouvert dans un monde post-COVID et sur les perspectives de développement commun dans le monde de demain.

Depuis 2018, The Bridge Tank participe au rendez-vous annuel du « Davos chinois ». Notre Président, Joël Ruet est intervenu lors d’un panel de haut niveau en présence de M. Ali Obaid Al Dhaheri, Ambassadeur des Emirats Arabes Unies en Chine, M. Baodong Li, Secrétaire Général, Forum de BOAO et ancien vice-Ministre des Affaires étrangères de Chine, M. Jizhen Liu, Académicien auprès de l’Académie chinoise de l’ingénierie et Directeur du « State Key Laboratory of Alternate Electrical Power System with Renewable Energy Sources », M. Hailiang Song, Président de China Energy Engineering Group Co, M. Jianhua Hu, Président de China Merchants Group et M. Haiping Xiang, ingénieur en chef de l’Administration nationale de l’énergie chinoise.

Dans son intervention, Joël Ruet s’est exprimé sur les enjeux globaux liés à l’intégration et trajectoires énergétiques. Il a souligné l’importance des « technologies de décarbonation profonde » dans l’accélération des émissions nettes zéro à l’horizon 2035-2040. D’ici là, il ajoute que chaque pays ou territoire aura un rôle à jouer pour avoir sa propre « trajectoire de transition », en ne se contentant pas seulement d’ajouter des énergies renouvelables mais aussi de les intégrer aux réseaux avec une utilisation plus rationnelle et efficace.

Joël Ruet a abordé la question de l’adaptation, qui ne doit plus être considérée séparément des autres problématiques. Il illustre ses propos à travers l’exemple des puits de carbone, qui doivent être crées à partir d’écosystèmes optimisés, non seulement en forêts, mais également dans les savanes ou encore les mangroves.

Dr. Ruet a également démontré que les trajectoires énergétiques sont déjà à faible émission de carbone, ce qui est tout particulièrement le cas de l’Afrique et de la plupart des pays du G77. Il est important que ces trajectoires soient reconnues en tant que telles et soient donc financées par le Nord et que les transferts de technologie et de savoir-faire soient financés en conséquence.

En guise de réponse à la question comment mettre en œuvre un soutien mondial aux trajectoires énergétiques du Sud, le Président de The Bridge Tank a proposé deux solutions : premièrement, permettre au Sud de se gérer seul avec plus de financement pour créer des champions locaux, maintenir le commerce du gaz ouvert à eux et s’assurer que leurs puits de carbone soient reconnues comme une incitation à les développer ; Deuxièmement, permettre à leurs entités financières locales de jouer un rôle plus important en reconnaissant que les « risques » sont surévalués par rapport à une rentabilité réellement élevée.

Comme lors de l’édition 2021, Joël Ruet était l’un des trois intervenants français, incarnant le cercle des Think Tanks, aux côtés de Jean-Pierre Raffarin et Henry Giscard D’Estaing, qui eux représentaient respectivement le monde politique et économique.

Voir le programme du Forum de BOAO 2022.

“From COP 26 Glasgow Commitments to COP 27 Egypt Opportunities: The MENA perspective Confirmation”: avec nos Board Members Hakima el Haite et Stephane Gompertz

A l’occasion de la première édition de la Semaine du Climat de la région MENA de la CCNUCC, du 28 au 31 mars, organisée par le gouvernement des Emirats Arabes Unis, Liberal International, dont The Bridge Tank est membre, a organisé le 29 mars un side event virtuel nommé : “From COP 26 Glasgow Commitments to COP 27 Egypt Opportunities: The MENA perspective Confirmation”.

L’objectif de cet événement est d’aborder les défis et les opportunités découlant de l’engagement partagé qui a été convenu lors de la COP 26 à Glasgow, tout en envisageant la COP 27 en Egypte comme une opportunité d’accroître les ambitions. Modérée par la Présidente de l’Internationale Libérale, la championne des Nations Unies pour le climat et membre de notre Board, Hakima El Haite a posé une série de questions à chacun des intervenants.

Parmi eux, notre Board Member, Stéphane Gompertz, était présent en sa qualité d’ancien ambassadeur de France dans les pays africains et d’envoyé spécial pour la COP 21. Il a d’abord été invité à donner son point de vue sur les perspectives de la COP 27.

Sa vision de la prochaine Conférence des Parties reflète les difficultés à augmenter l’ambition climatique et à maintenir les efforts dans un contexte de tensions (COVID-19, guerre entre l’Ukraine et la Russie et guerre au Yémen). Les différentes crises et les guerres actuelles changent les agendas des États et les dépenses publiques. L’argent est davantage dépensé dans les guerres que pour l’action climatique. Les ambitions politiques ne sont pas et ne seront pas aussi élevées que lors des COP 21 et 22. La COP 27, qui aura lieu à Sharm El-Sheikh en Égypte, aura la difficile mission de pousser les efforts des Parties à :

  • Aider à poursuivre les gouvernements et l’opinion publique à se tourner vers l’avenir.
  • Pousser à la recherche de solutions.
  • Continuer à promouvoir les bonnes pratiques dans le domaine de l’adaptation.

Stéphane Gompertz a ensuite expliqué ce qu’il fallait faire pour maintenir les 1,5°C. Il a déclaré qu’il fallait regarder vers l’avenir. Les Etats agissent à court et à long terme. L’énergie est un bon exemple. À court terme, les pays utiliseront davantage de combustibles fossiles. A long terme, nous verrons les effets positifs des politiques énergétiques. Par exemple, la France s’engage dans le nucléaire, sans quoi elle ne pourrait atteindre ses objectifs climatiques. Cependant, la question du nucléaire est à nouveau débattue en France dans ce contexte électoral et de guerre entre l’Ukraine et la Russie. Mais il est important de mesurer les risques dans le temps : vivre avec des températures supérieures à 2-3°C ou vivre avec un mode énergétique faible émetteur en CO2.

Mme Susana Rivero Baughman, Conseillère aux affaires étrangères et à la coopération auprès du Secrétaire de l’Action pour le Climat du Gouvernement de Catalogne, a présenté les actions de l’Internationale Libérale au Comité pour la Justice Climatique, qui a récemment adopté un document d’orientation intitulé “Perspectives libérales sur la justice climatique”. Mme Baughman a souligné le manque d’actions entre le changement climatique et les droits de l’homme et c’est ce que l’International Libérale souhaite faire en ayant notamment développé un laboratoire politique et en renforçant sa présence dans les COP et les forums internationaux. Elle a enfin souligné que la COP 27 offrira de nombreuses opportunités pour l’Afrique.

M. Sveinung Rotevatn, ancien ministre du climat et de l’environnement en Norvège, a développé une évaluation des réalisations de la COP 26. Pour M. Rotevatn, la COP 26 a été un succès pour 3 raisons :

  • Le Rule Book de l’Accord de Paris a été terminé. Il constitue un cadre commun entre les Parties.
  • Augmenter l’ambition. Les grands pays émetteurs augmentent leurs ambitions, la plupart des pays augmentent leurs ambitions en matière de CDNs, les Etats-Unis sont de retour dans l’Accord de Paris et nous maintenons l’objectif des 1,5°C.
  • Un engagement suffisant pour augmenter le financement : le monde en développement peut avoir confiance dans les mécanismes de financement. Les pays industriels promettent de doubler leur financement pour le climat. Des engagements ont été pris et ont été bien accueillis par la plupart des pays en développement.

Il a ensuite expliqué qu’après deux années de pandémie mondiale, nous n’avons pas perdu de vue l’aspect à long terme des crises climatiques. Il a ensuite souligné que la Norvège est l’un des principaux financeurs et que le pays va doubler ses efforts en matière de finance climat, notamment pour la préservation de la forêt tropicale et l’atténuation et l’adaptation. Il a enfin déclaré que la taxe sur la pollution est un outil nécessaire pour une transition équitable et soutenir la transition climatique au niveau national. Au niveau mondial, la finance climatique est un outil nécessaire.

Mme Rania Al-Mashat, ministre égyptienne de la coopération internationale, a expliqué en trois messages quels seront les objectifs et les opportunités de la COP 27 :

  • La COP 27 sera impartiale, même si cette COP est organisée en Afrique.
  • L’adaptation et la résilience seront au centre des débats et constituent l’un des principaux résultats de la COP 26.
  • Accroitre l’engagement à l’action.

Mme Al-Mashat a mis l’accent sur les résultats de Glasgow, en posant des questions ouvertes auxquelles il faudra répondre lors de la COP 27 : le rôle du secteur privé doit accroitre “Nous passons de milliards à trillions”. Il est également important de réfléchir à la façon dont nous pouvons rendre opérationnel ce qui a été promis. Comment dérisquer les investissements verts ? Comment pouvons-nous créer des opportunités pour la blended finance? Les projets financés ne sont pas assez opérationnels. Comment pouvons-nous tirer parti des pays qui ont réussi et les reproduire ?

The Bridge Tank contribue au forum Summit of Minds 2021 en Arménie

La nouvelle édition du forum Summit of Minds s’est tenue les 23 et 24 octobre dans la ville de Dijilan en Arménie, en présence du Président arménien Armen Sarkissian. Joël Ruet, Président, The Bridge Tank, a assisté à cet événement aux côtés de notre board member, Pranjal Sharma, qui est intervenu lors du panel : “Un nouveau contrat social à l’heure de l’IA, des nouvelles technologies et du Covid-19”.

Joël Ruet a notamment échangé avec Andreï Kortounov, Directeur général du RIAC (Russian International Affairs Council), lors du panel “Global Transformations & Quantum Politics – Challenging the Unknown”.

Issue Brief – Tempête dans le Pacifique

Le 15 septembre 2021, l’Australie a rompu un contrat avec la France de fourniture de sous-marins conventionnels, au profit d’une collaboration militaro-technologique nucléaire avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Cette rupture de contrat a mis en lumière l’alliance militaire naissante AUKUS (Australia, United Kingdom et United States), créé face à la montée en puissance chinoise en Indo-Pacifique. Cette alliance tripartite n’a fait que jeter un nouveau pavé dans la mare dans le contexte international actuel déjà tendu, ainsi qu’exacerber les relations diplomatiques entre la France et les Etats-Unis.

A l’occasion de la visite à Paris du Secrétaire d’Etats des Etats-Unis, Anthony Blinken, le 5 octobre 2021, pour tenter d’apaiser la situation, The Bridge Tank publie une note d’analyse, rédigée par le Général (2s) Eric de La Maisonneuve.

Cette note s’appuie sur l’idée selon laquelle le contrat dénoncé par l’Australie, contrat de long terme et considérable en termes financiers, était devenu un contrat limité sur le plan technologique et modeste au regard des enjeux stratégiques dans la zone Indo-pacifique. Ce revirement australien est révélateur de plusieurs points clés :

  • L’aggravation de la situation dans la région, notamment en mer de Chine méridionale, l’antagonisme croissant entre la Chine et les Etats-Unis sur les sujets commerciaux, la montée en puissance impressionnante de la marine chinoise et des armements qui lui sont associés, les tensions multiples sino-australiennes, tout porte à la fois les Etats-Unis et l’Australie à revoir leur dispositif.
  • Si, comme il est prévisible, les évènements se précipitent dans la zone, l’urgence prévaudra et les Américains seront contraints d’installer leurs bases et leurs sous-marins nucléaires directement en Australie, quitte à en louer ou en prêter quelques-uns à ces derniers. Là encore, il est probable que ce futur contrat sous l’égide d’AUKUS aura du mal à voir le jour.
  • La France pour sa part devrait tirer les conséquences de ce fiasco diplomatico-stratégique dans trois directions :
    • Réviser son complexe « politique étrangère / politique de défense »,
    • Réévaluer à la faveur de la présidence française de l’UE le pilier européen de sécurité et sa concrétisation par une alliance franco-allemande,
    • Repenser dans ce contexte nos dispositifs d’analyse de la Chine de mieux prévoir sa stratégie et d’anticiper ses actions.

Lire la note d’analyse: 2021-10-04-IB La Maisonneuve

La fabrique de l’hydrogène – Définition et accélération d’une filière

Par Joël Ruet, Baudouin Becker, Antoine Goutaland and Xieshu Wang.

L’hydrogène est un sujet à la mode et les annonces de technologies innovantes dans ce domaine se sont ainsi multipliées au cours des deux derniers mois. En effet, il semble que l’hydrogène, en tant que vecteur énergétique similaire à l’électricité,  soit parvenu à s’imposer aux yeux de la plupart des décideurs politiques comme un outil indispensable pour assurer la transition vers des économies climatiquement neutres d’ici à la fin 2050. En effet, un certain nombre d’organes exécutifs ont publié des stratégies nationales en matière d’hydrogène au cours des 15 derniers mois, notamment l’UE, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et bien d’autres (même si, jusqu’à présent, ce sont surtout des Européens). 

            L’hydrogène n’est pas une molécule nouvelle et est connu et utilisé depuis des décennies. Actuellement, il est surtout utilisé comme composé industriel pour la production d’ammoniac, d’acier ou pour le raffinage du pétrole. Cependant, dans le contexte de la transition énergétique, il est surtout considéré comme un vecteur énergétique complémentaire à l’électricité. En effet, dans les “hard-to-abate sectors” (les secteurs difficiles à décarboner), c’est-à-dire les secteurs où l’électricité n’est pas une solution envisageable ou de manière insatisfaisante, l’hydrogène apparaît comme un substitut viable aux combustibles fossiles, par exemple dans le transport longue-distance ou la navigation, où le pétrole est difficile à remplacer. 

Ces deux documents donnent un aperçu des développements de l’hydrogène et de son importance croissante dans la transition énergétique, ainsi qu’une analyse prospective de ses perspectives d’évolution à l’horizon 2030. Ils identifient notamment une accélération inattendue du rythme de développement de la molécule. Les pays qui sont le plus susceptibles ou non de décarboniser leur production actuelle d’hydrogène sont également identifiés. Enfin, les documents fournissent un éclairage spécifique sur l’utilisation de l’hydrogène pour la mobilité et sur les écosystèmes de l’hydrogène.

Rapport principal (en anglais) : Main Report – The making of Hydrogen – Definition and acceleration of a sector over 2017-2021

Executive summary (en anglais) : Executive Summary – The making of Hydrogen – Definition and acceleration of a sector over 2017-2021

 

La politique chinoise des matériaux stratégiques – impact sur l’écosystème des batteries et recommandations pour l’industrie

Par Xieshu Wang et Joël Ruet.

Les matériaux stratégiques, tels que les terres rares, le lithium, le cobalt ou le nickel, sont des intrants indispensables aux technologies de la transition verte, comme les éoliennes ou les batteries pour véhicules électriques. Alors que de plus en plus de gouvernements visent à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050 et que la nécessité d’une transition vers des économies durables devient de plus en plus pressante, la demande de matériaux va augmenter et ils sont donc considérés comme des intrants critiques, également qualifiés de matériaux stratégiques. On s’attend à ce que la consommation de métaux stratégiques passe de 7 à 19 milliards de tonnes par an, ce qui entraînera de graves tensions du côté de l’offre. Le cobalt est l’un de ces métaux utilisés comme intrant dans les aimants des éoliennes, et pour la production des cathodes des batteries lithium-ion.

Ayant rapidement compris l’importance de ce métal pour les futures technologies stratégiques, la Chine s’est positionnée sur la chaîne de valeur du cobalt et a ainsi pu contrôler une partie importante de la chaîne, notamment en contrôlant une grande partie des ressources en cobalt de la RDC.

Ce document fournit une analyse de la stratégie de la Chine en matière de matériaux, de la manière dont elle a réussi à obtenir une position privilégiée sur la chaîne de valeur, ainsi qu’une analyse des principaux acteurs privés qui sont des acteurs majeurs sur la chaîne de valeur du cobalt.

 

Policy Brief (en anglais) : Industry Recommendations – China’s key materials strategy Industry Recommendations – China’s key materials strategy

Rapport analytique (en anglais) : Analytical Report – China’s key materials strategy Analytical Report – China’s key materials strategy

Intérêts stratégiques de l’UE face à la Chine: notre article publiée dans la Revue de Défense Nationale reprise par China Today

 

Alors que la stratégie d’autonomie européenne face à la puissance chinoise s’accélère, une note d’analyse et de propositions du Bridge Tank a été reprise à la fois par la Revue de Défense Nationale et par China Today. Indice qu’une discussion rigoureuse pour une négociation serrée demeure possible?   


Suite à deux ans de travaux, le Bridge Tank s’est positionné dans le calibrage des rapports de force entre l’UE et la Chine, notamment en publiant en mars dernier deux notes d’analyse (Pour un rapport de force – quels enjeux autour du pré-accord de principe sur l’investissement co-signée par plusieurs anciens ministres et ambassadeurs français ; et Conflit sino-occidental, analyse et propositions, cette dernière écrite par le Général Eric de la Maisonneuve). 


Les analyses développées mettent en avant que les deux protagonistes dans leurs rapports de forces soient en décalage autant sur le plan temporel que spatial. 

 

Le Bridge Tank, actif à la fois dans le débat occidental et chinois, pointe la double erreur d’analyse que se font mutuellement ces deux protagonistes ainsi que des propositions de discussions fermes sur les ressources stratégiques. 


Cette approche a été reprise en mars 2021 dans la « Revue Défense Nationale », revue stratégique et de défense de référence française, intervention que nous avons ensuite popularisée auprès d’un média sinophone à forte diffusion, China TodayCet article bilingue analyse explicitement les intérêts européens générés par ce nouveau partenariat avec la Chine en conjonction avec des enjeux politiques, écologiques et économiques.



Un contexte qui se dégrade

 

Le mardi 4 mai 2021, le vice-président de la Commission Européenne, Valdis Dombrovskis a annoncé la suspension d’un accord historique entre l’Union Européenne et la Chine sur les investissements. Cet d’accord, qui a été construit pendant sept ans, a été conclu le 30 décembre 2020, mais finalement annulé en raison de la détérioration du climat politique et des affaires entre les parties prenantes.


Quel rôle peut-elle jouer l’Union Européenne ?

 

Cet accord, bien qu’il ait suscité du mépris chez certains dirigeants européens et dans la presse internationale, offre des bénéfices cruciaux pour le développement économique de l’UE. Dans le contexte d’une nouvelle guerre froide entre la Chine et les États-Unis et de la crise sanitaire, l’Europe souhaite «coopérer avec la Chine c’est aussi coopérer avec le RCEP (Regional Comprehensive Economic Partnership), troisième bloc économique mondial, et ainsi accéder aux pays de l’ASEAN ». 


Une souveraineté européenne fondée sur un fil rouge environnemental 

 

Depuis la signature de l’accord de Paris en 2015, l’UE s’est montrée être un pionnier dans la lutte contre le réchauffement climatique et pour les droits environnementaux. La Chine, l’un des plus grands émetteurs de CO2 avec 28% des émissions mondiales, a déclaré pour but de baisser leur niveau des émissions carbones d’ici 2060.

En travaillant avec la Chine, cet accord permettrait un dialogue plus ouvert et direct sur des innovations urbaines, par exemple des smart cities (des villes intelligentes), développées dans l’intérêt des générations à venir.

Face à la montée en puissance de la Chine et les États-Unis dans le domaine du numérique, on constate que l’Europe doit rattraper son retard pour contrer le jeu de puissance afin de garantir son autonomie stratégique.

Consultez l’intégralité de l’article sur le lien suivant : https://www.defnat.com/e-RDN/vue-article.php?carticle=22578

Sommet entre l’Union Européenne et les États-Unis : vers un nouveau partenariat transatlantique ?

« America is back » et la hache de guerre des années Trump semble enterrée, comme en témoigne la tenue du sommet UE-États-Unis à Bruxelles le 15 juin 2021 : première rencontre de ce type depuis 2017, elle a marqué le lancement d’un partenariat renouvelé et d’un programme commun pour la coopération entre l’UE et les Etats-Unis, selon une approche sectorielle. Cette rencontre a notamment permis trois avancées commerciales majeures pour relancer et approfondir les échanges transatlantiques dans un contexte de bras de fer sino-américain. 

 Un accord de coopération pour les aéronefs civils clôture un conflit vieux de 17 ans

Les dirigeants Joe Biden, Charles Michel, président du Conseil Européen, et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission Européenne, se sont engagés à créer un cadre coopératif pour les aéronefs civils de grande taille, franchissant ainsi une étape décisive pour mettre fin au différend relatif à ce secteur. Après 17 ans de conflit entre Bruxelles et Washington devant l’OMC, cet accord amorce une nouvelle relation transatlantique dans l’aéronautique. À l’origine du contentieux : les subventions illégales accordées aux avionneurs Airbus et Boeing. Sous l’administration Trump, les tensions se sont exacerbées et l’OMC avait autorisé l’imposition de taxes à hauteur 7,5 milliards de dollars de biens et services européens importés, notamment 25% pour les vins et 15% pour les avions Airbus. 

À l’issue du sommet, les dirigeants ont annoncé la suspension des droits de douanes punitifs infligés mutuellement, dans le cadre d’une trêve de cinq ans. La résolution de ce conflit qui empoisonnait les relations bilatérales est un signal fort en faveur d’un rapprochement sous l’administration Biden, apte à créer des conditions de concurrence équitables et à relever les nouveaux défis industriels. 

Cette recherche d’apaisement reflète une tentative de rallier l’UE dans le bras de fer des États-Unis avec la Chine en renforçant la position américano-européenne. D’autant que cet ancien duopole des avionneurs devient aujourd’hui un oligopole avec l’entrée du nouvel acteur chinois Comac. Cette mesure de bon sens a donc aussi le potentiel de contrer la percée chinoise dans ce secteur et de contester les pratiques de concurrence jugées déloyales de la Chine. L’idée est aussi de mettre en place un modèle de coopération efficace pour relever conjointement d’autres défis posés par le modèle économique de la Chine. S’il n’est pas certain qu’un compromis sera trouvé à l’issue de cette trêve, il existe une vraie volonté américaine de parvenir à un accord. En effet, lorsque le litige a débuté en 2004, Airbus s’imposait sur le marché international au détriment de Boeing, alors qu’aujourd’hui, la menace vient de la Chine et l’heure est à l’unité de part et d’autre de l’Atlantique. 

Des discussions engagées pour le règlement des différends sur les mesures relatives à l’acier et à l’aluminium

Les dirigeants ont convenu d’engager les discussions pour résoudre le conflit commercial sur l’acier et l’aluminium et de lever tous les droits de douane additionnels et punitifs avant la fin de l’année. Ursula von der Leyen a annoncé un groupe de travail sur ce dossier qui entache les relations transatlantiques depuis que Donald Trump a annoncé, en 2018, l’imposition de taxes de 25% sur les importations européennes d’acier et de 10% sur celles d’aluminum, provoquant en retour des contre-mesures européennes. 

La levée de ces taxes dans l’esprit d’apaisement qui prévaut aujourd’hui constituerait un geste politique très attendu par l’UE, qui espère des actes forts au-delà des intentions. Toutefois, ce geste diplomatique ne devrait pas changer la face des échanges européens, ni chambouler le marché européen de l’acier et de l’aluminium, car les prix ont augmenté de manière inédite ces six derniers mois, noyant ainsi l’impact des taxes américaines.

Du reste, le règlement effectif du conflit risque d’être épineux car l’UE n’a pas une logique tarifaire et commerciale mais une logique de taxe aux frontières différentes des États-Unis. Le partenariat ne va pas de soi et laisse la porte ouverte à un rapprochement possible avec la Chine, que ce soit côté américain ou européen. 

La mise en place d’un Conseil du commerce et des technologies UE-États-Unis 

Il ne s’agit plus pour l’Union européenne et les Etats-Unis d’entrer dans une logique de libre-échange, le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement négocié depuis 2013 n’étant plus d’actualité. Toutefois, un Conseil de commerce et de technologie va être créé pour proposer une plateforme de coopération en matière de commerce, d’investissement, de technologie, de questions numériques et de chaînes d’approvisionnement. Il incarne une volonté de coopérer pour élaborer des normes compatibles et internationales et de promouvoir l’innovation tout en évitant de nouvelles barrières commerciales ou obstacles techniques injustifiés. Il permettra aux partenaires de s’aligner sur les questions technologiques mondiales, comme l’intelligence artificielle, la cybersécurité, les technologies propres… Les deux parties se sont d’ores et déjà engagées en priorité à établir un partenariat sur le rééquilibrage des chaînes d’approvisionnement pour les semi-conducteurs. 

Cette troisième annonce est à la fois la plus imprécise et la plus structurante pour l’avenir des relations bilatérales UE-États-Unis. À l’heure où une guerre technologique semble engagée avec la Chine, la question de la coordination technologique est centrale. Après une première mondialisation, américaine et commerciale, mise à mal par les années Trump, on comprend que Biden a aujourd’hui le projet d’en tricoter une nouvelle, qui prend la forme d’une libéralisation technologique et d’une ouverture vers ses partenaires stratégiques. 

La diaspora africaine rappelée par le continent ?

La croissance soutenue des deux dernières décennies et les deux crises mondiales de 2008 (Subprimes) et 2020 (Covid-19) ont révélé des enjeux nouveaux à l’échelle mondiale, qui s’illustrent en Afrique par un défi de modernisation durable. Le rôle de la diaspora dans l’accès aux financements internationaux est une des clés des enjeux de l’Afrique. Le Maroc a publié ce mardi 25 mai 2021 son rapport intitulé « « le Nouveau Modèle de Développement, libérer les énergies et restaurer la Confiance pour accélérer la marche vers le progrès et la prospérité pour tous ».  Narjis Hilale, membre de la CSMD, déclare que la fonction de “levier du changement” a été octroyée à la diaspora. Elle affirme que les Marocains du Monde occupent une place de choix et sont “un atout précieux dans le processus de développement du pays”.

Des flux financiers importants en provenance des Marocains du Monde

Dans son rapport, la Commission décrit le Maroc comme un pays caractérisé par une dynamique migratoire qui s’est écrite tout au long de son histoire, qui permet aujourd’hui au pays de disposer d’un effectif important de sa communauté résidente à l’étranger.

En effet le nombre des Marocains du Monde (MDM) s’élève à près de 5 millions de personnes selon les chiffres des organisations internationales et des sources nationales des pays d’accueil[1].  Près de 75% des MDM sont concentrés en Europe, notamment en France et en Espagne.  Leurs profils sont diversifiés, riches, assez jeunes (47 % du total) et féminisés (~50%). Le niveau de formation des MDM est nettement plus élevé que celui de leurs compatriotes résidant au Maroc (proportion des lauréats de l’enseignement supérieur par rapport à la population totale est de 16% au niveau des MDM contre 8 % au Maroc). En termes d’insertion socio-professionnelle dans les pays d’accueil, seule une proportion limitée des MDM de 7,5% de la population active, a réussi une ascension professionnelle. Le reste et pour la majorité restante active relève de groupes socioprofessionnels modestes et moyens (secteurs tertiaire et industriel).

Les Marocains du Monde contribuent à la modernisation de la société marocaine de par leurs transferts d’argent qui permettent entre autres de conforter les réserves de changes et participent à l’amélioration des conditions de vie des familles bénéficiaires. Ces derniers atteignent près de 7% du PIB (ces transferts se sont établis à 64 milliards de dirhams, en 2019 contre 18 milliards de dirhams pour la période 1990-2000 [2]), dépassant ainsi l’aide publique au développement reçue par le Maroc et les recettes d’investissements directs étrangers qui lui sont attribuées. Aujourd’hui ils constituent une ressource financière non négligeable pour l’économie marocaine, représentant près de 40% des recettes d’exportations, ce qui permet de couvrir 50% du déficit commercial. Ces fonds jouent un rôle social important puisqu’ils permettent de soutenir des ménages pauvres tant en milieu urbain que rural. Cependant, ces flux financiers ne se convertissent quasi pas en projets d’investissements créateurs d’emplois et de valeur ajoutée. En effet, 71% des fonds transférés s’utilisent dans les dépenses courantes des ménages. A contrario la part des transferts destinés aux projets d’investissement demeure très faible avec une part s’élevant seulement à 8% du total. Le reste représente des dépôts monétaires auprès du secteur bancaire. De plus, leurs investissements sont très concentrés à destination de secteurs peu innovants : en cumulé, presque 60% des investissements MDM se font dans l’immobilier ou la construction. Les MDM investissent donc notamment dans des projets de construction de patrimoine immobiliers mais à leurs usages (résidence pour les vacances ou retraites) ou à usage de leurs familles.

La spécificité des MDM, en tant que connecteurs du Maroc au reste du monde, constitue une grande opportunité. Par leur rôle de « pont » entre le marché national et les marchés internationaux, les MDM pourront aider à lever des capitaux, développer de nouveaux partenariats ou accéder à des compétences ou expertises absentes au Maroc, ou encore promouvoir des produits et services marocains.

[1] Banque Mondiale: Sharpest decline of remittances in recent history (2020)

[2] Banque Mondiale

Figure 1: Indicateur de résultat du Nouveau Modèle de développement

Le tableau ci-dessus a été publié dans le rapport de la Commission, il a pour vocation de donner une consistance claire à ses objectifs de développement de manière chiffrée et quantifiable. La Commission propose une sélection d’indicateurs qui visent à mesurer l’impact final en termes de développement. Ils démontrent l’impératif de résultats pour les acteurs en charge de la mise en œuvre, mais en conservant une certaine flexibilité sur les solutions et mesures appropriées pour leur atteinte. La publication de ces indicateurs n’est pas anodine, elle vise à installer un climat de confiance et de transparence de l’action publique et une culture de la performance et du résultat. 

Les valeurs des indicateurs ci-dessus visent un objectif pour 2035, elles peuvent être amenées à évoluer en fonction des recherches en cours au Maroc et à l’international. L’objectif du Maroc est de pouvoir se situer dans la 1ère moitié, voire le tiers supérieur, des classements mondiaux qui font référence aux secteurs prioritaires du Nouveau Modèle de Développement.

La diaspora, un élément clé pour le financement de l’économie africaine

Dans notre analyse publiée le 18 mai 2021 nous reconnaissons le rôle important de la diaspora, au centre du rapport de la CSMD. En effet, le constat précédemment est clair : les établissements de crédits manquent de ressources, et l’économie locale n’est pas en mesure de gonfler significativement ces ressources dans l’immédiat. Pour Joël Ruet et Clarisse Hida, dans l’Issue Brief publié le 17 mai 2021 sur le financement de l’économie africaine « accompagner la modernisation des économies », le groupe est à mi-chemin entre les marchés internationaux méfiants et l’économie locale sous-bancarisée et informelle : la diaspora. En effet, une part des solutions se trouve dans ce groupe établi à l’étranger, ayant une connaissance des pays africains tant au niveau social que culturel. Leurs freins d’investissement sont moindres mais nécessitent un accompagnement. En effet, les flux financiers issus de la diaspora sont plus élevés que l’aide au développement dirigée vers l’Afrique, et son épargne disponible l’est encore plus. Dans l’objectif d’accroître les capacités de financement des banques commerciales, faire transiter les flux financiers de la diaspora par le système bancaire local semble intéressant : leur perception du risque est moins négative que les investisseurs internationaux classiques, et les banques sont des intermédiaires privilégiés pour établir un lien entre la diaspora et l’économie locale car elles sont plus accessibles que les marchés. Pour cela, les banques africaines doivent pouvoir mettre en place en Europe et ailleurs des réseaux efficaces de collecte de l’épargne, pour l’instant en majorité réduits à des bureaux de représentation. Faciliter le développement de ces réseaux constituerait une incitation pour la diaspora à investir son épargne dans les économies africaines.

Aujourd’hui plusieurs raisons peuvent expliquer ce manque de confiance de la diaspora envers l’investissement de projets créateurs d’emplois et de valeurs ajoutée. Premièrement, le déficit d’infrastructures des pays africains, qui résulte d’une part de l’insuffisance des ressources publiques (majoritaires dans le financement des infrastructures), et aussi d’un déficit historique d’investissements privés en raison du climat des affaires jugé défavorable. En effet, le manque de régulation, la qualité de la gouvernance et l’importance de la corruption ont constitué pendant longtemps des freins à l’investissement privé.

Le Maroc a su comprendre ses freins et le prouve par la publication de son rapport, qui met l’humain au cœur de la stratégie de développement et vise à améliorer aussi bien la confiance des citoyens et de la diaspora. Le rapport insiste sur un cadre macroéconomique à la fois stable et propice à la croissance, qui est nécessaire pour porter une dynamique soutenue de création de valeur et d’emplois et de résorption des inégalités sociales et spatiales. Les politiques structurelles, qui le soutiennent, visent à maintenir la confiance des investisseurs et bailleurs nationaux et internationaux. Ainsi, pour donner une consistance claire à ces objectifs, la Commission a publié des indicateurs qui ont pour vocation de cristalliser les objectifs premiers du nouveau modèle de manière explicite. La publication de ces derniers vise à installer une certaine transparence de l’action publique (cf : annexe).

Pour finir et compléter cette note, un point post COVID a également été abordé dans le nouveau rapport de développement de la Commission et suit le raisonnement de nos recommandations articulées en trois points :

–          Le maintien de l’aide publique au développement dans un contexte de COVID-19 qui, en soi, ne constitue pas un risque spécifique à l’Afrique.

–          La relance des investissements publics et privés étrangers en Afrique, en améliorant la perception des opportunités africaines, dont la notation plus juste des actifs financiers privés comme souverains.

–          Et enfin, l’appui à l’accès aux marchés de capitaux par les banques commerciales puisqu’il est clair que de nombreux régimes bancaires sont sains et ne doivent être ni sous-exploités ni même sous-estimés.

La communauté internationale détient un rôle d’intégrateur ou d’intermédiaire qui dépasse le cadre de l’aide au développement. Cette triple approche permettrait d’aborder de nouveaux types de financeurs, qui sauraient mieux saisir les spécificités et les stratégies des Etats, notamment, mais pas seulement, vis-à-vis de la dette et de son refinancement.

Thème : Overlay par Kaira.
Copyright 2020 - The Bridge Tank