Catégorie : Tribunes-Media

Une première semaine riche en évènements pour notre board member Hakima El Haite à la COP 27 de Charm el Cheikh

La première semaine de la COP 27 à Charm el Cheikh a rassemblé des acteurs du monde entier dans la ville côtière égyptienne pour échanger sur les urgences liées à la crise climatique. L’une de ces expertes participant aux discussions et à la recherche de solutions concrètes pour lutter contre le changement climatique à Charm el Cheikh est Hakima El Haite, présidente de l’Internationale libérale et board member de The Bridge Tank.

Par sa présence en première ligne à la COP 27, Hakima El Haite a non seulement souligné le danger de mettre l’action climatique au second plan en cette période d’incertitude géopolitique et économique, mais également a pris une position ferme en faveur de la justice climatique.

Lors d’un événement organisé par le New York Times “On the Verge of Progress: Where Will COP 27 Take Us?” avec Nicola Sturgeon, Première ministre d’Écosse, et Laurence Tubiana, ambassadrice française chargée des négociations sur le changement climatique pour la COP 21 et fondatrice de l’IDDRI, Hakima El Haite a souligné l’urgence d’agir pour le climat et d’atteindre l’objectif zéro émission nette. Elle s’est notamment exprimée sur l’augmentation des subventions mondiales pour les combustibles fossiles et le rebond des émissions de CO2 dans le monde. La nécessité d’un financement accru pour atteindre l’engagement de 100 milliards de dollars des nations les plus riches, l’objectif de 40 milliards de dollars consacrés au financement de l’adaptation, et l’importance de verdir le secteur financier ont également été abordés lors de cet événement.

La transition vers des sources d’énergie plus propres et le potentiel offert par l’hydrogène vert étaient également à l’ordre du jour de cette première semaine de la COP 27. Hakima El Haite a ainsi participé à l’événement de lancement de l’étude “Africa Extraordinary Green Hydrogen Potential” avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI), l’International Solar Alliance, Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique et le Gouvernement de la République de Mauritanie. Le rapport « combine une analyse des opportunités d’investissement avec une feuille de route de solutions techniques, économiques, environnementales et financières pour débloquer le développement commercial » de l’hydrogène vert en Afrique, selon le vice-président de la BEI, Ambroise Fayolle.

L’engagement de notre board member en faveur de la justice climatique s’est une fois encore manifesté, mettant l’accent sur la nécessité de s’attaquer à la crise environnementale dans les pays et les régions qui ont été touchés de manière disproportionnée par le changement climatique ou qui sont le moins préparer à affronter ses effets.

Les efforts continus de Dr. El Haite en soutien au continent africain ont également été au cœur de ses interventions. Le continent, qui abrite 17 % de la population mondiale et qui est responsable de moins de 4 % des émissions mondiales de CO2, est confronté aux effets les plus sévères de la crise climatique.

À travers sa participation à la publication du «Rapport sur les menaces écologiques 2022» de l’Institut pour l’économie et la paix, Hakima El Haite a appelé la communauté internationale à fournir des efforts concertés pour faire face efficacement à la crise climatique, à une plus grande solidarité et à des actions concrètes de la part des pays développés pour soutenir les pays en voie de développement. Elle a notamment insisté sur l’urgence d’investir massivement dans l’adaptation et l’atténuation en Afrique. Selon le «Rapport sur les menaces écologiques 2022», les deux tiers des pays définis comme des « hotspots » confrontés à une menace écologique catastrophique et à l’insécurité alimentaire se trouvent en Afrique subsaharienne.

Enfin, Hakima El Haite a profité de sa présence à la COP 27 pour défendre un autre aspect clé de la justice climatique, à savoir le rôle et la voix des femmes dans la lutte contre le changement climatique. La crise climatique affectant davantage les femmes que les hommes, travailler pour inclure et promouvoir la place des femmes a été une cause importante des efforts d’Hakima El Haite à Charm el Cheikh.

Canicule en Inde en plein mois d’avril – Joël Ruet sur France 24

Le samedi 30 avril 2022, notre Président, Joël Ruet s’est exprimé sur la chaîne d’information France 24 au sujet de la canicule qui frappe l’Inde et le Pakistan ces derniers jours. Les températures ont atteint les 46°C dans la capitale indienne New Delhi. Il s’agit d’un événement climatique majeur pour l’Inde, et plus largement pour la planète puisqu’il est exceptionnel que les températures dépassent le seuil de 40°C dans le pays au mois d’avril.

Lors de l’interview, Joël Ruet a souligné 3 principaux points :

  1. La question de l’adaptation pour l’Inde sera plus importante qu’ailleurs. Lorsqu’une augmentation moyenne de la température atteindra 1°C supplémentaire sur la Terre, l’Inde connaitra une augmentation moyenne de 3°C. Les dérèglements climatiques sont et seront donc plus extrêmes en Inde qu’ailleurs.
  2. La canicule actuelle en Inde est un symptôme de la non anticipation de la question de l’adaptation. L’Inde paye de prix du retard d’un certain nombre de réformes et de politiques publiques, notamment sur les questions du traitement des déchets et des décharges.
  3. Des départs de feu dans des décharges restent des phénomènes relativement rares mais demeurent très inquiétants. Ces départs de feu sont provoqués par les émissions de gaz provenant des déchargent – ces gaz s’appellent des émissions fugitives. Il ne faut pas confondre émission, dont la portée est globale, et pollution, qui quant à elle est une problématique locale. L’Inde est l’un des plus grands émetteurs. Les effets de politiques publiques en retard se retournent vers une mauvaise gestion de l’exploitation et de la distribution électrique, l’eau, l’agriculture et également, les émissions fugitives. Si l’Inde limitait ses émissions, elle limiterait également ses pollutions.

Pour revoir son intervention, consultez notre chaîne Youtube.

Risky Business : Les États-Unis devraient repenser leurs relations commerciales avec le Kazakhstan

Un article écrit par notre président, Joël Ruet, sur le défi actuel et croissant que représente pour le Kazakhstan la lutte contre la corruption qui mine les investissements étrangers et le développement socio-économique du pays, a été publié dans le média Entrepreneur.com. Il alerte que “malgré la campagne publique du gouvernement kazakh pour attirer les investisseurs étrangers […], il devra mettre en œuvre des changements fondamentaux, et cela commence par prendre au sérieux la lutte contre la corruption et honorer les accords avec les investisseurs étrangers. D’ici là, les investisseurs américains devraient reconsidérer le risque de faire des affaires au Kazakhstan.”

“Profit et pandémie : L’OMC et l’industrie pharmaceutique en besoin d’introspection”, tribune de notre board member Pranjal Sharma

Dans le contexte actuel de la pandémie de la Covid-19, notre board member, Pranjal Sharma, a écrit la tribune suivante, publiée par le Daily Guardian, sur les avantages de la renonciation aux DPI (droits de propriété intellectuelle) sur la production de vaccins, en particulier pour les pays à faible revenu, à l’instar de l’Inde et des pays du contient africain.

Lire sa tribune ici (en anglais): https://thedailyguardian.com/profiteering-pandemic-wto-pharma-industry-must-introspect/

France 24 – Intervention de Joël Ruet sur le Congrès 2021 du Parti communiste chinois et les difficultés économiques chinoises

Le Parti communiste chinois (PCC) a entamé le 8 Novembre 2021, sa plus importante réunion de l’année, qui doit inscrire dans le marbre la vision historique du président Xi Jinping. Au pouvoir depuis neuf ans, l’homme fort de Pékin s’apprête dans un an à obtenir un troisième mandat à la tête du PCC – renforçant encore sa stature de dirigeant le plus puissant du pays depuis le fondateur du régime communiste, Mao Zedong, au pouvoir de 1949 à 1976. Pourquoi cette résolution? Selon notre Président, Joël Ruet, cela pourrait être un aveu de faiblesse.

Regarder son intervention ici.

Intervention de Joël Ruet sur 2M TV Maroc: comment le déploiement du pass vaccinal favorisera à la fois le retour à la vie normale

Notre Président, Joël Ruet est intervenu au journal télévisé Infosoir du lundi 25 octobre 2021 sur la chaîne franco-marocaine 2M. Joël Ruet a indiqué que le monde est dans une nouvelle phase dans le traitement de la pandémie, avec des impératifs et des spécificités qui diffèrent de la période de son avènement. “Avant, il fallait empêcher le virus de circuler mais, ce faisant, on empêchait les populations de circuler, c’était le confinement”, rappelle-t-il, une mesure nécessaire au vu de l’absence de vaccin.

Regarder son intervention ici.

Tribune : Le G20 doit aider les pays à faible revenu à sortir de la crise de la dette

A l’occasion de la réunion des ministres des finances du G20 à Washington, notre note d’analyse sur la modernisation du secteur bancaire africain a été mentionnée dans une tribune publiée par Diplomatic Courrier, écrite par Joël Ruet. Elle suggère qu’en plus de l’aide souveraine, les banques commerciales en Afrique obtiennent une évaluation plus juste de leurs (faibles) risques et de leur (forte) rentabilité et allègent leurs coûts de refinancement pour fournir des leviers de croissance et d’emploi.

Lisez notre note d’analyse ici 
Lisez notre tribune ici 

Issue Brief – Tempête dans le Pacifique

Le 15 septembre 2021, l’Australie a rompu un contrat avec la France de fourniture de sous-marins conventionnels, au profit d’une collaboration militaro-technologique nucléaire avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Cette rupture de contrat a mis en lumière l’alliance militaire naissante AUKUS (Australia, United Kingdom et United States), créé face à la montée en puissance chinoise en Indo-Pacifique. Cette alliance tripartite n’a fait que jeter un nouveau pavé dans la mare dans le contexte international actuel déjà tendu, ainsi qu’exacerber les relations diplomatiques entre la France et les Etats-Unis.

A l’occasion de la visite à Paris du Secrétaire d’Etats des Etats-Unis, Anthony Blinken, le 5 octobre 2021, pour tenter d’apaiser la situation, The Bridge Tank publie une note d’analyse, rédigée par le Général (2s) Eric de La Maisonneuve.

Cette note s’appuie sur l’idée selon laquelle le contrat dénoncé par l’Australie, contrat de long terme et considérable en termes financiers, était devenu un contrat limité sur le plan technologique et modeste au regard des enjeux stratégiques dans la zone Indo-pacifique. Ce revirement australien est révélateur de plusieurs points clés :

  • L’aggravation de la situation dans la région, notamment en mer de Chine méridionale, l’antagonisme croissant entre la Chine et les Etats-Unis sur les sujets commerciaux, la montée en puissance impressionnante de la marine chinoise et des armements qui lui sont associés, les tensions multiples sino-australiennes, tout porte à la fois les Etats-Unis et l’Australie à revoir leur dispositif.
  • Si, comme il est prévisible, les évènements se précipitent dans la zone, l’urgence prévaudra et les Américains seront contraints d’installer leurs bases et leurs sous-marins nucléaires directement en Australie, quitte à en louer ou en prêter quelques-uns à ces derniers. Là encore, il est probable que ce futur contrat sous l’égide d’AUKUS aura du mal à voir le jour.
  • La France pour sa part devrait tirer les conséquences de ce fiasco diplomatico-stratégique dans trois directions :
    • Réviser son complexe « politique étrangère / politique de défense »,
    • Réévaluer à la faveur de la présidence française de l’UE le pilier européen de sécurité et sa concrétisation par une alliance franco-allemande,
    • Repenser dans ce contexte nos dispositifs d’analyse de la Chine de mieux prévoir sa stratégie et d’anticiper ses actions.

Lire la note d’analyse: 2021-10-04-IB La Maisonneuve

Quand les mauvaises controverses chassent la bonne : le covid-19 ou réhabiliter la controverse scientifique

A l’heure où se multiplient les variants du COVID-19, que sait-on génétiquement de ce virus, allant des processus de son émergence, jusqu’au rôle de la virologie dans l’analyse de son évolution actuelle, en passant par les origines génétiques de sa transformation en pandémie, ainsi que par l’hypothèse du rôle éventuel de l’homme et des laboratoires virologiques dans son essor ? Quelles sont les hypothèses étayées par des faits et débattues par les scientifiques, les controverses fondées sur des protocoles scientifiques ?

De l’émergence d’un virus pathogène à la pandémie et aux variants : La parole aux virologues

Pour éclairer ces questions, ce dossier présente nos échanges avec Sterghios Moschos, chercheur, virologue, avec Gabriel Gras, ancien chercheur en virologie et expert en sécurité biologique, et avec le professeur Jacques Cohen, médecin et scientifique, professeur d’immunologie.

Sterghios Moschos introduit le panorama des thèses scientifiquement débattues, Gabriel Gras aborde les questions liées aux origines du virus et au fonctionnement des laboratoires de sécurité biologiques et enfin Jacques Cohen aborde les questions liées, à partir du virus, à l’émergence de la maladie puis à sa transformation en pandémie, pour tirer quelques leçons sur une meilleure coordination entre disciplines, entre la science et les pouvoirs publics.

Enfin, dans une actualité où se tient le Congrès mondial pour la nature (UICN) à Marseille, nous ouvrons la question de la relation entre l’humanité et la nature.

Quand les mauvaises controverses chassent la bonne : réhabiliter la controverse scientifique

Lorsqu’une nouvelle épidémie survient, l’épidémiologie et la virologie sont initialement dans l’inconnu compte tenu de l’ADN du virus, sa propagation et ses origines. Au fur et à mesure que l’ADN et la famille des réservoirs et hôtes possibles se dévoilent, l’épidémiologie et la virologie deviennent plus clairvoyantes des conditions de propagation jusqu’au vaccin en passant par les origines.

Mais la science prend du temps et suit un certain protocole, au cours duquel des hypothèses doivent être émises et démystifiées, ou confirmées, totalement ou partiellement. Il s’agit d’un processus classique de la science en devenir, bien établi depuis le développement de la science moderne, bien compris par l’épistémologie des sciences, notamment par Gaston Bachelard et d’autres. Dans ce contexte, la “controverse scientifique” aide à découvrir la vérité à partir de la collecte, de l’accumulation et de l’interprétation minutieuse des faits.

Cependant, à l’ère post-médiatique, aussi politisée soit-elle, les controverses scientifiques échappent souvent à la chasse gardée de la science, fuient ou se font fuiter par les médias. Ces controverses peuvent même être intentionnellement affichées par toutes sortes de propagandes émanant de tous les côtés, de l’État, ou de la philanthropie ou des machines médiatiques. La pandémie actuelle n’a très probablement pas échappé à ce piège.

Pour cela, le temps peut encore clarifier le débat, mais un outil intéressant est fourni par la “cartographie” des controverses, telle que définie par Wikipedia : Les Mapping controversies (MC) est un cours académique enseigné en études scientifiques, issu des écrits du sociologue et philosophe français Bruno Latour. Les MC se concentrent exclusivement sur les controverses entourant la connaissance scientifique plutôt que sur les faits ou résultats scientifiques établis. Ainsi, il aide les sociologues, les anthropologues et les autres spécialistes des sciences sociales à se faire une idée non pas de la connaissance scientifique en soi, mais plutôt du processus d’acquisition de la connaissance. Les MC met en lumière les étapes intermédiaires correspondant au processus de recherche proprement dit et met en évidence les liens entre le travail scientifique et d’autres types d’activités.

Les “cartographies” des controverses vont à l’encontre de la controverse politique, et la controverse au bon sens du terme devrait être réappropriée par ceux à qui elle appartient par pure conception de la science : les scientifiques.

Pour plus d’informations sur le sujet, veuillez trouver en suivant une tribune écrite  par Joël Ruet, Président du The Bridge Tank pour le média La Tribune : Coronavirus _ un analyseur de la complexité des relations hommes-animaux _

The Bridge Tank a écrit une note et développé une revue de littérature sur ce sujet: The Bridge Tank COVID19 – A note on scientific controversies and a Literature review

Veuillez trouver les transcriptions complètes des interviews: Verbatim – Interview Sterghios Moschos_FINAL; Verbatim – Interview Jacques Cohen_FINAL; verbatim – Interview Gabriel Gras_FINAL

Tribune : Les gagnants et les perdants de la guerre commerciale entre l’Australie et la Chine

La guerre commerciale actuelle entre l’Australie et la Chine a eu un impact considérable sur la position et l’importance des partenaires commerciaux de la Chine dans le monde, notamment dans le secteur de la viande bovine et du vin. Si l’Australie a indubitablement souffert, d’autres pays comme les États-Unis et le Brésil profitent de l’occasion pour combler le vide commercial.

Notre Président, Joël Ruet, explore l’état actuel du commerce et les nouveaux partenariats chinois potentiels encourus par ce conflit dans son dernier article publié dans Diplomatic Courier. Lire ici la tribune en anglais.

Thème : Overlay par Kaira.
Copyright 2020 - The Bridge Tank