Auteur/autrice : the_bridge_tank

Tribune : Le G20 doit aider les pays à faible revenu à sortir de la crise de la dette

A l’occasion de la réunion des ministres des finances du G20 à Washington, notre note d’analyse sur la modernisation du secteur bancaire africain a été mentionnée dans une tribune publiée par Diplomatic Courrier, écrite par Joël Ruet. Elle suggère qu’en plus de l’aide souveraine, les banques commerciales en Afrique obtiennent une évaluation plus juste de leurs (faibles) risques et de leur (forte) rentabilité et allègent leurs coûts de refinancement pour fournir des leviers de croissance et d’emploi.

Lisez notre note d’analyse ici 
Lisez notre tribune ici 

Issue Brief – Tempête dans le Pacifique

Le 15 septembre 2021, l’Australie a rompu un contrat avec la France de fourniture de sous-marins conventionnels, au profit d’une collaboration militaro-technologique nucléaire avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Cette rupture de contrat a mis en lumière l’alliance militaire naissante AUKUS (Australia, United Kingdom et United States), créé face à la montée en puissance chinoise en Indo-Pacifique. Cette alliance tripartite n’a fait que jeter un nouveau pavé dans la mare dans le contexte international actuel déjà tendu, ainsi qu’exacerber les relations diplomatiques entre la France et les Etats-Unis.

A l’occasion de la visite à Paris du Secrétaire d’Etats des Etats-Unis, Anthony Blinken, le 5 octobre 2021, pour tenter d’apaiser la situation, The Bridge Tank publie une note d’analyse, rédigée par le Général (2s) Eric de La Maisonneuve.

Cette note s’appuie sur l’idée selon laquelle le contrat dénoncé par l’Australie, contrat de long terme et considérable en termes financiers, était devenu un contrat limité sur le plan technologique et modeste au regard des enjeux stratégiques dans la zone Indo-pacifique. Ce revirement australien est révélateur de plusieurs points clés :

  • L’aggravation de la situation dans la région, notamment en mer de Chine méridionale, l’antagonisme croissant entre la Chine et les Etats-Unis sur les sujets commerciaux, la montée en puissance impressionnante de la marine chinoise et des armements qui lui sont associés, les tensions multiples sino-australiennes, tout porte à la fois les Etats-Unis et l’Australie à revoir leur dispositif.
  • Si, comme il est prévisible, les évènements se précipitent dans la zone, l’urgence prévaudra et les Américains seront contraints d’installer leurs bases et leurs sous-marins nucléaires directement en Australie, quitte à en louer ou en prêter quelques-uns à ces derniers. Là encore, il est probable que ce futur contrat sous l’égide d’AUKUS aura du mal à voir le jour.
  • La France pour sa part devrait tirer les conséquences de ce fiasco diplomatico-stratégique dans trois directions :
    • Réviser son complexe « politique étrangère / politique de défense »,
    • Réévaluer à la faveur de la présidence française de l’UE le pilier européen de sécurité et sa concrétisation par une alliance franco-allemande,
    • Repenser dans ce contexte nos dispositifs d’analyse de la Chine de mieux prévoir sa stratégie et d’anticiper ses actions.

Lire la note d’analyse: 2021-10-04-IB La Maisonneuve

“Entretiens Transatlantiques”: Réflexions pour l’Europe avec Jean-Pierre Raffarin

Le 21 septembre 2021, The Bridge Tank et le cercle France-Amériques ont inauguré Les « Entretiens Transatlantiques ». L’objectif de ces rencontres est de rassembler en format fermé des décideurs autour d’une personnalité, et visent à nourrir des propositions en amont de la présidence française de l’Union Européenne.

Cette première rencontre réunissait autour de Jean-Pierre Raffarin une quinzaine de personnalités politiques, anciens ministres, parlementaires, industriels, hauts-fonctionnaires, et représentants de la société civile.

Lors de cette réunion suivant la “règle de Chatham House”, après plusieurs idées lancée par M. Raffarin, les participants ont échangé analyses et propositions sur les thématiques suivantes :

  • Les relations UE-Chine-Etats-Unis et leur rôle croissant dans les différentes politiques intérieures
  • Les relations internes à l’Union Européenne
  • La question de l’autonomie stratégique européenne y compris de l’autonomie sur les données
  • La coopération multilatérale et avec l’Allemagne en Afrique et de la démocratisation en Afrique
  • La question d’une défense européenne et de son financement
  • Les enjeux énergétiques et environnementaux face à une destruction écologique
  • La modernisation des démocraties
  • Des risque de déconstruction européenne et des solutions

The Bridge Tank et le cercle France-Amériques prévoient d’organiser une prochaine session des « Entretiens Transatlantiques » autour d’une nouvelle personnalité politique.  

The Bridge Tank participe à l’édition 2021 du Summit of Minds

L’édition 2021 du forum Summit of Minds s’est tenue à Chamonix, du 17 au 19 septembre. Ce sommet a pour objectif de discuter des questions macroéconomiques et de réfléchir à un monde où le bien-être du capital naturel est essentiel (la nature en tant qu’actif productif). Dans un contexte où la crise climatique devient une préoccupation de plus en plus centrale, initiant de nombreuses discussions de haut niveau, le Summit of Minds a réuni des personnalités politiques, économiques, scientifiques, culturelles et du monde des affaires du monde entier, dont le président arménien Armen Sarkissian, pour débattre de ces sujets clés.

Joël Ruet, Président de The Bridge Tank, est intervenu sur le panel : Transition énergétique (2) – Comment investir ? consacré à aux tendances actuelles de la transition vers des émissions nettes de carbone zéro, ses opportunités et ses risques pour les entreprises. Animé par Nik Gowing, directeur associé de Thinking the Unthinkable, Royaume-Uni, le débat s’est articulé autour de trois questions essentielles : 

  1. Où va la « Smart Money »?
  2. L’engouement actuel pour l’ESG est-il durable ?
  3. Quels sont les actifs qui courent le risque de s’échouer ?

Au cours de son intervention, Joël Ruet a développé l’idée d’une absence de classes d’actifs clairs pour le financement de la transition énergétique, en soulignant les divers facteurs de risques impliqués par les incertitues inhérents à celle-ci, de la variance de rentabilité au manque de cohésion de certaines transitions nationales, en passant par la non-stabilisation des écosystèmes de l’hydrogène dans le monde. Joël Ruet a également souligné l’importance de différencier les mégatendances des méga-ambitions, affirmant qu’il n’existe pas d’énergie unique qui pourrait à elle seule résoudre les problèmes climatiques actuels.

Parmi les autres panélistes figuraient Martin Fraenkel, vice-président de S&P Global (Royaume-Uni), Eoin Murray, responsable des investissements de Federated Hermes International (Royaume-Uni), Franklin Servan-Shreiber, cofondateur et président de Transmutex (Suisse), ainsi que Mafalda Duarte, PDG de Climate Investment Funds (États-Unis). 

Notre board member, Pranjal Sharma, a également participé à cet évènement, en intervenant lors des panels: ‘AI & Democracy – Do We Have Anything to Fear?’ et ‘Tech – How Far will Innovation Go?’

Au cours du forum, Joël Ruet a également échangé avec Lord Adair Turner, président de l’Energy Transitions Commission, Royaume-Uni, sur la façon dont la COP26 pourrait transformer les systèmes de négociation pour les futures COP, en incitant les secteurs financiers publics à agir contre le changement climatique aux niveaux régional, national et international.

Regarder les interventions sur notre chaine de YouTube : 

The Bridge Tank co-organise la conférence « Asie centrale : entre convoitises russes et chinoises, quelle place pour l’Union européenne ? »

Le 17 septembre s’est tenue une conférence sur l’Asie centrale « entre convoitises russes et chinoises, quelle place pour l’Union européenne ? » à Sciences Po Strasbourg avec le soutien de The Bridge Tank, l’association Paris-Berlin-Moscou, Sciences Po Forum et l’Association des Alumni de Sciences Po Strasbourg. Cette conférence avait pour objectif de discuter de l’Asie centrale et plus spécifiquement d’étudier les influences russe, chinoise et européenne au sein des cinq pays centrasiatiques de l’ex-URSS : le Kazakhstan, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan grâce à l’expertise et à l’expérience de praticiens des relations internationales et de la région.

Parmi les intervenants, étaient présents Mme Sylvie Bermann, Ancienne Ambassadeure de France en Chine et en Russie et Présidente du Conseil d’administration de l’IHEDN, M. Gilles Rémy, Directeur du Groupe CIFAL, M. Thierry Kellner, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles et spécialiste de la Chine, et M. Michaël Levystone, Chercheur au Centre Russie/NEI de l’IFRI, et, pour The Bridge Tank, Malaurie Le Bail, analyste en géopolitique et en énergie.

Cet évènement a fait salle comble, réunissant 150 personnes : M. Ivan Soltanovsky, Ambassadeur, Représentant permanent auprès du Conseil de l’Europe, M. Anuarbek Akhmetov, Consul Général de la République du Kazakhstan à Strasbourg, M. François Loos, Ancien Ministre français, M. Pierre Andrieu, Ancien Ambassadeur de France, différents experts ayant travaillé sur la région et de nombreux étudiants.

Co-organisateur de l’évènement, The Bridge Tank était représenté par son analyste, Malaurie Le Bail. Forte de son expérience en l’Asie centrale, elle a tout d’abord décrypté la situation climatique et environnementale de la région au travers d’une lecture scientifique des Contributions Prévues Déterminées au niveau national (CPDN) du Kazakhstan et du Tadjikistan à quelques semaines de la COP26. Nombreuses sont les analyses, tant dans la littérature académique, institutionnelle que dans les médias, qui mettent en avant le leadership kazakhstanais en matière de climat dans la région. Toutefois, en comparant les CPDN du Kazakhstan et du Tadjikistan, leurs objectifs de réduction des gaz à effet de serre sont quasi-similaires. Son intervention a permis de relativiser le leadership kazakhstanais et de mettre en lumière la manière dont les ambitions climatiques des Etats doivent être étudiées selon la notion de « responsabilité communes différenciées ». Malaurie Le Bail a ainsi suggéré deux recommandations :

  • Le développement d’un outil qui permettrait de mesurer le degré d’ambition d’un Etat et de comparer les ambitions climatiques des Etats à contexte différent et/ou égalitaire.
  • L’importance de la création d’une coalition centrasiatique climatique lors des négociations climat pour lutter contre des problématiques environnementales communes, telles que le manque d’irrigation d’eau ou la désertification.

Enfin, Malaurie Le Bail a conclu son intervention en présentant une analyse propre à notre Think Tank sur les Nouvelles routes de la Soie (BRI – Belt and Road Initiative). La BRI est à l’origine une solution sino-chinoise à un problème sino-chinois: la faible demande du marché intérieur et aux fortes exportations des biens, provoquant l’accumulation des devises chinoises des années 2000-2010. Les BRI ne sont donc pas simplement une initiative pour favoriser les investissements mais pour développer des prêts chinois transfrontaliers générant des flux physiques transfrontaliers. L’idée pour la Chine, notamment pour les entreprises chinoises, est de créer des infrastructures et des activités à l’étranger notamment en Asie centrale financées par la dette pour rééquilibrer la situation économique interne et de développer des infrastructures dans les provinces à l’ouest du pays. Sur le plan centrasiatique, les BRI permettent à ces pays de profiter d’infrastructures et de technologies développées et utilisées dans le cadre de ce projet, mais aussi d’intégrer un marché global et d’être au cœur d’un dispositif géopolitique fort.

Quand les mauvaises controverses chassent la bonne : le covid-19 ou réhabiliter la controverse scientifique

A l’heure où se multiplient les variants du COVID-19, que sait-on génétiquement de ce virus, allant des processus de son émergence, jusqu’au rôle de la virologie dans l’analyse de son évolution actuelle, en passant par les origines génétiques de sa transformation en pandémie, ainsi que par l’hypothèse du rôle éventuel de l’homme et des laboratoires virologiques dans son essor ? Quelles sont les hypothèses étayées par des faits et débattues par les scientifiques, les controverses fondées sur des protocoles scientifiques ?

De l’émergence d’un virus pathogène à la pandémie et aux variants : La parole aux virologues

Pour éclairer ces questions, ce dossier présente nos échanges avec Sterghios Moschos, chercheur, virologue, avec Gabriel Gras, ancien chercheur en virologie et expert en sécurité biologique, et avec le professeur Jacques Cohen, médecin et scientifique, professeur d’immunologie.

Sterghios Moschos introduit le panorama des thèses scientifiquement débattues, Gabriel Gras aborde les questions liées aux origines du virus et au fonctionnement des laboratoires de sécurité biologiques et enfin Jacques Cohen aborde les questions liées, à partir du virus, à l’émergence de la maladie puis à sa transformation en pandémie, pour tirer quelques leçons sur une meilleure coordination entre disciplines, entre la science et les pouvoirs publics.

Enfin, dans une actualité où se tient le Congrès mondial pour la nature (UICN) à Marseille, nous ouvrons la question de la relation entre l’humanité et la nature.

Quand les mauvaises controverses chassent la bonne : réhabiliter la controverse scientifique

Lorsqu’une nouvelle épidémie survient, l’épidémiologie et la virologie sont initialement dans l’inconnu compte tenu de l’ADN du virus, sa propagation et ses origines. Au fur et à mesure que l’ADN et la famille des réservoirs et hôtes possibles se dévoilent, l’épidémiologie et la virologie deviennent plus clairvoyantes des conditions de propagation jusqu’au vaccin en passant par les origines.

Mais la science prend du temps et suit un certain protocole, au cours duquel des hypothèses doivent être émises et démystifiées, ou confirmées, totalement ou partiellement. Il s’agit d’un processus classique de la science en devenir, bien établi depuis le développement de la science moderne, bien compris par l’épistémologie des sciences, notamment par Gaston Bachelard et d’autres. Dans ce contexte, la “controverse scientifique” aide à découvrir la vérité à partir de la collecte, de l’accumulation et de l’interprétation minutieuse des faits.

Cependant, à l’ère post-médiatique, aussi politisée soit-elle, les controverses scientifiques échappent souvent à la chasse gardée de la science, fuient ou se font fuiter par les médias. Ces controverses peuvent même être intentionnellement affichées par toutes sortes de propagandes émanant de tous les côtés, de l’État, ou de la philanthropie ou des machines médiatiques. La pandémie actuelle n’a très probablement pas échappé à ce piège.

Pour cela, le temps peut encore clarifier le débat, mais un outil intéressant est fourni par la “cartographie” des controverses, telle que définie par Wikipedia : Les Mapping controversies (MC) est un cours académique enseigné en études scientifiques, issu des écrits du sociologue et philosophe français Bruno Latour. Les MC se concentrent exclusivement sur les controverses entourant la connaissance scientifique plutôt que sur les faits ou résultats scientifiques établis. Ainsi, il aide les sociologues, les anthropologues et les autres spécialistes des sciences sociales à se faire une idée non pas de la connaissance scientifique en soi, mais plutôt du processus d’acquisition de la connaissance. Les MC met en lumière les étapes intermédiaires correspondant au processus de recherche proprement dit et met en évidence les liens entre le travail scientifique et d’autres types d’activités.

Les “cartographies” des controverses vont à l’encontre de la controverse politique, et la controverse au bon sens du terme devrait être réappropriée par ceux à qui elle appartient par pure conception de la science : les scientifiques.

Pour plus d’informations sur le sujet, veuillez trouver en suivant une tribune écrite  par Joël Ruet, Président du The Bridge Tank pour le média La Tribune : Coronavirus _ un analyseur de la complexité des relations hommes-animaux _

The Bridge Tank a écrit une note et développé une revue de littérature sur ce sujet: The Bridge Tank COVID19 – A note on scientific controversies and a Literature review

Veuillez trouver les transcriptions complètes des interviews: Verbatim – Interview Sterghios Moschos_FINAL; Verbatim – Interview Jacques Cohen_FINAL; verbatim – Interview Gabriel Gras_FINAL

Trajectoires de transitions énergétiques durables dans les grandes économies

Par Baudouin Becker, Antoine Goutaland, Xieshu Wang,  Joël Ruet, Laure Elise Wargnier and Malaurie Le Bail.

L’urgence écologique se traduit dorénavant par une forte pression sur les décideurs politiques pour qu’ils élaborent des politiques publiques organisant le passage du système présent basé sur les combustibles fossiles, qui n’est pas durable, à un nouveau système, dont les contours ne sont pas encore précisément connus pour le moment, mais dont l’ambition est de parvenir à atteindre la durabilité. Contrairement aux transitions énergétiques précédentes qui étaient réalisées par le bais d’investissements industriels, la décarbonation des économies nationales est cette fois directement conduite et orchestrée par les pouvoirs publics au travers d’incitations économiques, de restrictions et de lois. Les documents présentés ici sont l’application d’une méthodologies qui vise à évaluer la capacité des gouvernements à coordonner les acteurs et les systèmes clés afin d’atteindre leurs objectifs climatiques.

Ces études identifient des trajectoires, que nous comprenons comme une coordination de variables qui permettant à un système de rester équilibré tout en étant en mouvement. Une compréhension systémique de ces trajectoires est proposée, incluant à la fois les réponses majeures des politiques publiques aux enjeux climatiques et l’intégration possible des nouvelles technologies au sein du système existant, y compris une analyse des systèmes industriels et de leur capacité (ou incapacité) à relever ces défis.

Afin de comprendre les transitions énergétiques pour l’ensemble des  secteurs, nous avons développé une méthodologie détaillée et reproductible qui intègre pleinement le rôle et l’impact potentiel des acteurs (politiques et industriels). Cela nous a permis de comprendre les transitions énergétiques d’une manière originale, en nous affranchissant des écueils qui consistent à mener des études macroéconomiques cloisonnées ou des études énergétiques trop spécifiques, qui ne permettent dans aucun des cas de comprendre les enjeux énergétiques dans leur ensemble.

Dans les documents suivants, vous trouverez cette méthodologie appliquée et reproduite à plus de 20 économies à travers le monde.

Le rapport complet (en anglais) : Final Report – Energy trajectories in main markets

Focus spécifique (en anglais) : Specific focus – Energy trajectories in main markets

La fabrique de l’hydrogène – Définition et accélération d’une filière

Par Joël Ruet, Baudouin Becker, Antoine Goutaland and Xieshu Wang.

L’hydrogène est un sujet à la mode et les annonces de technologies innovantes dans ce domaine se sont ainsi multipliées au cours des deux derniers mois. En effet, il semble que l’hydrogène, en tant que vecteur énergétique similaire à l’électricité,  soit parvenu à s’imposer aux yeux de la plupart des décideurs politiques comme un outil indispensable pour assurer la transition vers des économies climatiquement neutres d’ici à la fin 2050. En effet, un certain nombre d’organes exécutifs ont publié des stratégies nationales en matière d’hydrogène au cours des 15 derniers mois, notamment l’UE, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et bien d’autres (même si, jusqu’à présent, ce sont surtout des Européens). 

            L’hydrogène n’est pas une molécule nouvelle et est connu et utilisé depuis des décennies. Actuellement, il est surtout utilisé comme composé industriel pour la production d’ammoniac, d’acier ou pour le raffinage du pétrole. Cependant, dans le contexte de la transition énergétique, il est surtout considéré comme un vecteur énergétique complémentaire à l’électricité. En effet, dans les “hard-to-abate sectors” (les secteurs difficiles à décarboner), c’est-à-dire les secteurs où l’électricité n’est pas une solution envisageable ou de manière insatisfaisante, l’hydrogène apparaît comme un substitut viable aux combustibles fossiles, par exemple dans le transport longue-distance ou la navigation, où le pétrole est difficile à remplacer. 

Ces deux documents donnent un aperçu des développements de l’hydrogène et de son importance croissante dans la transition énergétique, ainsi qu’une analyse prospective de ses perspectives d’évolution à l’horizon 2030. Ils identifient notamment une accélération inattendue du rythme de développement de la molécule. Les pays qui sont le plus susceptibles ou non de décarboniser leur production actuelle d’hydrogène sont également identifiés. Enfin, les documents fournissent un éclairage spécifique sur l’utilisation de l’hydrogène pour la mobilité et sur les écosystèmes de l’hydrogène.

Rapport principal (en anglais) : Main Report – The making of Hydrogen – Definition and acceleration of a sector over 2017-2021

Executive summary (en anglais) : Executive Summary – The making of Hydrogen – Definition and acceleration of a sector over 2017-2021

 

L’état des lieux des écosystèmes hydrogène dans le monde

Par Florian Dommergues et Joël Ruet

Rétrospectivement, 2021 pourrait bien s’avérer être l’année de rupture pour le départ de la transition écologique vers des sociétés climatiquement neutres. Avec l’élection de Joe Biden, qui a réintégré les Accord de Paris quelques heures après son entrée en fonction, la transition écologique a pris un nouvel élan.
Fin 2020, plus de 110 pays s’étaient engagés à atteindre la neutralité climatique d’ici le milieu du siècle, dont la Chine à l’horizon 2060. En sus, la pandémie de COVID-19 a induit une crise économique qui a nécessité le lancement de plans de relance à grande échelle par les pays de l’OCDE, comme le plan de sauvetage américain de 1 900 milliards de dollars, le plan de relance français de 100 milliards d’euros (dont 30 milliards sont dédiés à la transition écologique), ou encore le plan européen de 1800 milliards d’euros, dont un tiers est dédié au Green Deal européen qui vise à atteindre la neutralité climatique. La nécessaire relance économique a été considérée comme une opportunité d’accélérer et de mener à bien la transition écologique en investissant dans les technologies et les énergies durables de demain.

Dans ce contexte d’enthousiasme écologique, une énergie en particulier a gagné en notoriété et fait l’objet d’une attention grandissante : l’hydrogène (H2). L’objectif de cette note est de fournir une vue d’ensemble de l’état présent de l’écosystème hydrogène et de réaliser un examen de la littérature existante sur le sujet.

Nous soutenons que trois tendances méritent une attention particulière et permettent une analyse structurée du domaine.
Premièrement, il faut considérer les problématiques industrielles qui composent l’émergence des écosystèmes hydrogène. L’une des dynamiques décisives est l’interaction entre les acteurs industriels (à la fois les nouveaux acteurs émergents et les anciens acteurs industriels fossiles, tels que les compagnies de gaz) et les politiques publiques gouvernementales qui façonneront l’environnement réglementaire.
Deuxièmement, dans les années à venir, l’hydrogène deviendra très probablement un objet d’échange entre les pays disposant d’abondantes ressources renouvelables et ceux dont les ressources sont plus rares. Malgré cette dynamique qui prend principalement la forme de partenariats bilatéraux entre États à l’heure actuelle, nous soutenons que pendant encore longtemps , les exportations d’hydrogène ne prendront ni l’ampleur ni les formes des transactions standardisées, comme le pétrole ou le gaz naturel. Effectivement, l’hydrogène ne peut pas être appréhendé à la façon d’une commodité uniformisée, comme nous l’avons précisé dans un précédent policy brief.
Troisièmement et dernièrement, la place de l’hydrogène vert dans la transition énergétique doit être envisagée avec lucidité, c’est ce que nous appelons une “philosophie de la transition”. L’hydrogène, s’il est un outil essentiel de la transition énergétique, doit rester au deuxième plan dès lors que l’électrification s’avère possible. L’hydrogène vert doit être envisagé avant tout afin de décarboner les usages industriels où il est présentement indispensable, il peut ensuite être utile dans les secteurs difficilement décarbonables (les “hard-to-abate sectors”). Enfin, si les ressources suffisantes existent, comme un outil d’intégration des systèmes énergétiques (assurant la stabilité du réseau et permettant le couplage des secteurs).

Télécharger le Policy brief complet ici (en anglais) : Un état des lieux des écosystèmes hydrogène dans le monde

La politique chinoise des matériaux stratégiques – impact sur l’écosystème des batteries et recommandations pour l’industrie

Par Xieshu Wang et Joël Ruet.

Les matériaux stratégiques, tels que les terres rares, le lithium, le cobalt ou le nickel, sont des intrants indispensables aux technologies de la transition verte, comme les éoliennes ou les batteries pour véhicules électriques. Alors que de plus en plus de gouvernements visent à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050 et que la nécessité d’une transition vers des économies durables devient de plus en plus pressante, la demande de matériaux va augmenter et ils sont donc considérés comme des intrants critiques, également qualifiés de matériaux stratégiques. On s’attend à ce que la consommation de métaux stratégiques passe de 7 à 19 milliards de tonnes par an, ce qui entraînera de graves tensions du côté de l’offre. Le cobalt est l’un de ces métaux utilisés comme intrant dans les aimants des éoliennes, et pour la production des cathodes des batteries lithium-ion.

Ayant rapidement compris l’importance de ce métal pour les futures technologies stratégiques, la Chine s’est positionnée sur la chaîne de valeur du cobalt et a ainsi pu contrôler une partie importante de la chaîne, notamment en contrôlant une grande partie des ressources en cobalt de la RDC.

Ce document fournit une analyse de la stratégie de la Chine en matière de matériaux, de la manière dont elle a réussi à obtenir une position privilégiée sur la chaîne de valeur, ainsi qu’une analyse des principaux acteurs privés qui sont des acteurs majeurs sur la chaîne de valeur du cobalt.

 

Policy Brief (en anglais) : Industry Recommendations – China’s key materials strategy Industry Recommendations – China’s key materials strategy

Rapport analytique (en anglais) : Analytical Report – China’s key materials strategy Analytical Report – China’s key materials strategy

Thème : Overlay par Kaira.
Copyright 2020 - The Bridge Tank