L’état des lieux des écosystèmes hydrogène dans le monde

Par Florian Dommergues et Joël Ruet

Rétrospectivement, 2021 pourrait bien s’avérer être l’année de rupture pour le départ de la transition écologique vers des sociétés climatiquement neutres. Avec l’élection de Joe Biden, qui a réintégré les Accord de Paris quelques heures après son entrée en fonction, la transition écologique a pris un nouvel élan.
Fin 2020, plus de 110 pays s’étaient engagés à atteindre la neutralité climatique d’ici le milieu du siècle, dont la Chine à l’horizon 2060. En sus, la pandémie de COVID-19 a induit une crise économique qui a nécessité le lancement de plans de relance à grande échelle par les pays de l’OCDE, comme le plan de sauvetage américain de 1 900 milliards de dollars, le plan de relance français de 100 milliards d’euros (dont 30 milliards sont dédiés à la transition écologique), ou encore le plan européen de 1800 milliards d’euros, dont un tiers est dédié au Green Deal européen qui vise à atteindre la neutralité climatique. La nécessaire relance économique a été considérée comme une opportunité d’accélérer et de mener à bien la transition écologique en investissant dans les technologies et les énergies durables de demain.

Dans ce contexte d’enthousiasme écologique, une énergie en particulier a gagné en notoriété et fait l’objet d’une attention grandissante : l’hydrogène (H2). L’objectif de cette note est de fournir une vue d’ensemble de l’état présent de l’écosystème hydrogène et de réaliser un examen de la littérature existante sur le sujet.

Nous soutenons que trois tendances méritent une attention particulière et permettent une analyse structurée du domaine.
Premièrement, il faut considérer les problématiques industrielles qui composent l’émergence des écosystèmes hydrogène. L’une des dynamiques décisives est l’interaction entre les acteurs industriels (à la fois les nouveaux acteurs émergents et les anciens acteurs industriels fossiles, tels que les compagnies de gaz) et les politiques publiques gouvernementales qui façonneront l’environnement réglementaire.
Deuxièmement, dans les années à venir, l’hydrogène deviendra très probablement un objet d’échange entre les pays disposant d’abondantes ressources renouvelables et ceux dont les ressources sont plus rares. Malgré cette dynamique qui prend principalement la forme de partenariats bilatéraux entre États à l’heure actuelle, nous soutenons que pendant encore longtemps , les exportations d’hydrogène ne prendront ni l’ampleur ni les formes des transactions standardisées, comme le pétrole ou le gaz naturel. Effectivement, l’hydrogène ne peut pas être appréhendé à la façon d’une commodité uniformisée, comme nous l’avons précisé dans un précédent policy brief.
Troisièmement et dernièrement, la place de l’hydrogène vert dans la transition énergétique doit être envisagée avec lucidité, c’est ce que nous appelons une “philosophie de la transition”. L’hydrogène, s’il est un outil essentiel de la transition énergétique, doit rester au deuxième plan dès lors que l’électrification s’avère possible. L’hydrogène vert doit être envisagé avant tout afin de décarboner les usages industriels où il est présentement indispensable, il peut ensuite être utile dans les secteurs difficilement décarbonables (les “hard-to-abate sectors”). Enfin, si les ressources suffisantes existent, comme un outil d’intégration des systèmes énergétiques (assurant la stabilité du réseau et permettant le couplage des secteurs).

Télécharger le Policy brief complet ici (en anglais) : Un état des lieux des écosystèmes hydrogène dans le monde

Thème : Overlay par Kaira.
Copyright 2020 - The Bridge Tank