La voie chinoise vers l’Internationalisation des Entreprises

Business strategic planning in China.

Convaincu que l’internationalisation des firmes chinoises peut être «gagnante-gagnante» pour la Chine et l’Europe mais conscient des écueils, The Bridge Tank participe à l’élaboration des nouveaux modèles d’internationalisation des firmes chinoises.

 

L’émergence de la Chine a été portée par deux leviers. Une multitude de petites entreprises privées qui se sont spécialisées sur l’export de produits conçus par des grandes sociétés occidentales. Un nombre important d’entreprises d’Etat stratégiques qui ont porté une large part du rattrapage technologique. Un double modèle qui arrive à usure, du fait notamment de la hausse des coûts de production et de la nécessité d’accélérer l’innovation.

***

L’industrie chinoise est à un tournant. De nombreuses entreprises du pays ont prouvé leur dynamisme et leurs capacités à l’export mais pour maintenir le tissu local vif, une des stratégies à explorer selon The Bridge Tank, consiste à élaborer les voies de leur internationalisation. Chaque produit résulte aujourd’hui de la mise en communication des quatre coins du globe. La plus-value et la durabilité, les firmes chinoises doivent donc aller les chercher ailleurs en faisant valoir ses capacités d’adaptation, d’assimilation, ses capacités relationnelles tout autant que ses capacités d’heureuse transformation.

Les objectifs à rechercher sont notamment de se fabriquer une réputation en terme de qualité et d’innovation à l’échelle mondiale. Et d’accrocher à terme  à la fois les réseaux de distribution occidentaux et des marchés en croissance, mais aussi de décrocher le « rating » des grandes agences de financement multi-latérales pour améliorer la pénétration des marchés émergents. Cette stratégie passe en partie par la reconnaissance et l’alliance avec des entreprises et fonds européens.

The Bridge Tank travaille à l’identification d’outils et réseaux qui pourraient être mis au service des entreprises chinoises et européennes pour et établir un pont supplémentaire entre Chine et Europe, densifier leurs réseaux communs en Afrique. La nécessaire acceptabilité des territoires et pôles industriels européens face aux désirs d’implantation chinois est l’une des clés.